Derniers tweets

Partager ce site



Brèves
22/01/2015

Voltairien de rien

Saisi par l'émotion et le besoin immédiat de catharsis compassionnelle (t'as écrit quoi, là?), le président régional Jacques Auxiette a abonné tous les 93 conseillers régionaux à Charlie hebdo. Mais un élu de droite, l'Angevin Dominique Richard, UDI, a tiqué et déclaré « Je hais ce qu’écrit et dessine Charlie Hebdo » en ajoutant pour faire genre voltairien qu'il se battra pour que le journal « puisse paraître comme l’ensemble de la presse d’opinion ». Pour le reste catho bon teint, aligné sur le pape, tout à sa haine de Charlie, il ne supporte pas le blasphème. L'UMP a embrayé pour refuser ces abonnements tombés du ciel, préférant un « jumelage avec des institutions "incarnant le civisme" (régiment, commissariat, tribunal, pompiers…) ». Jacques Auxiette a donc pondu le 20 janvier un communiqué, précisant que « seuls les élus qui le souhaiteront seront destinataires d’un exemplaire de Charlie Hebdo (dans le cadre de l’abonnement collectif de soutien qui a été souscrit). Les exemplaires supplémentaires seront adressés au centre de documentation » qui va donc se transformer en salon des refusés. On pourrait transmettre ces journaux aux casernes et aux tribunaux, mais aussi aux commissariats. Pour remplacer les bottins d'interrogatoire.
13/01/2015

Karcherisons La Baule !

C'est piqué sur le site media-web. A La Turballe, c'est la cérémonie des vœux à la noix. En attendant le vin d'honneur, le micro est à Yves Métaireau, président UMP de la communauté de communes Cap Atlantique et maire de La Baule. Hmmm. Il commente l'attentat à Charlie hebdo : « Nous, les élus, nous sommes inquiets de cette situation qui préfigure une guerre en France, mais comment peut-on faire autrement quand on a six millions de musulmans en France ? La communauté musulmane a bien du mal à s’intégrer, notre pays n’a jamais connu un 11 septembre français aussi lourd. » Et hop tout le monde dans le même sac ! Un comble : l'imam BCBG baulois de la communauté de communes fait dans l'anti communautarisme primaire.
13/01/2015

Je suis marcheur

Numéro 1 des flics de Loire-Inférieure, Jean-Christophe Bertrand, directeur départemental de la police, est l'homme qui a dit : "ceux qui prennent le risque de s’en prendre aux forces de l’ordre s’exposent eux aussi à des dommages corporels". Traduction : "Ceux qui prennent le risque de manifester dans la rue prennent le risque d'y laisser un œil". Il parlait des mutilés du 22 février 2014, éborgnés par des tirs tendus de super flash ball alors qu'ils participaient, ni cagoulés, ni armés, ni violents (les témoignages et vidéos en attestent) à une manifestation contre le projet d'aéroport à NDL. On aurait pu croire que le même homme aurait dit à propos des assassinés de Charlie Hebdo un truc du genre : "ceux qui prennent le risque de s'en prendre aux islamistes s'exposent à des violences, on les avait prévenus". Par exemple.

Eh bien pas du tout. Entretemps, il a été illuminé par la grâce, charlisé comme tout le monde. Et le voilà samedi à Nantes en tête de cortège, défendant la liberté d'expression. Mieux : en fin de manifestation, s'apercevant que le parcours avait été prévu un peu juste et que les derniers n'étaient pas encore partis quand les premiers arrivaient, il a lui-même décidé d'un "rallongi" à l'improviste, comme ça, à la rangeo levée. Le cortège a donc emprunté un itinéraire qui n'a pas été déclaré officiellement à la préfecture, bafouant ainsi la loi !

Le doute n'est plus permis : en battant le pavé, il a aussi parcouru un grand trajet personnel et spirituel. À la prochaine manif, lui qui vitupérait contre les vilains organisateurs refusant de déclarer leur parcours (une tradition nantaise depuis les années cinquante, voir « Rien à déclarer », Lulu n°84, mai 2014), pas de problème, il ne dira rien. Ou alors juste, fort de son expérience toute fraîche : "Je vous ai compris".