La lettre à Lulu
Lulu 57 - juillet 2007

A la petite semaine. France 3 fait remplace nette


Jetée de France 3 du jour au lendemain, une monteuse ne s'est pas démontée: elle a collé la chaîne aux prud'hommes.


13 ans de bons et loyaux services, 508 CDD et puis plus rien ! La monteuse assignée au remplacement de permanents, intermittente de la télé régionale de service public a saisi les prud'hommes en mai dernier. Cette péronnelle demande carrément son intégration dans la boîte.

A l'audience, la direction de France 3 n'avait envoyé personne. Service minimum. Juste un avocat. La présidente du tribunal s'étonne. "Le PDG Patrick de Carolis n'était pas disponible!" rétorque avec condescendance l'avocat. Agacée, la présidente rappelle qu'aux prud'hommes, il est plus que conseillé que les deux parties soient présentes, et tacle l'avocat: "Il y avait sûrement quelqu'un d'autre dans tout France Télévision qui aurait pu se déplacer… C'est une grande entreprise, tout de même!"
"Une grande entreprise qui use et abuse de manière structurelle des CDD pour pallier un sous-effectif chronique", explique Philippe Gautier qui défend la salariée pour la CGT. Chaque vendredi, elle attendait le coup de fil de France 3 pour savoir les éventuels jours de remplacement la semaine suivante. Une planification à la petite semaine, alors que son boulot est pourtant lié à l'activité permanente et régulière de la télé: elle monte les sujets d'actu du journal régional diffusé tous les jours de l'année.

Le manège dure pendant plus de 10 ans. "Des années où c'est très difficile de planifier un rendez-vous médical ou prendre des congés pendant les vacances scolaires", relate la monteuse. Reconnue et appréciée de ses confrères et fatiguée de cette précarité, elle finit par présenter sa candidature aux postes de chef monteuse qui s'ouvrent. Très appréciée sous contrats précaires, mais là, plus du tout pour un job permanent. La salariée a postulé quatre fois en trois ans. C'en est trop. La direction de France 3 décide en septembre 2006 de cesser toute collaboration avec cette pénible. Du jour au lendemain. Sans préavis. Sans indemnités. Et surtout sans lui signifier quoi que ce soit. De l'avantage des CDD!

L'audience a permis de se pencher sur le planning des remplacements. Un bel outil, géré informatiquement à France 3 et "qui maintient les salariés intermittents sous la barre des 140 jours par an". Histoire de rester conforme à la convention collective de l'audiovisuel qui encadre le recours aux contrats précaires et prévoit une intégration automatique si l'employeur dépasse ce seuil. Dans le cas précis de cette salariée, France 3 a fait une boulette et lui a signé 142 contrats en un an. Deux de trop!
En face, l'avocat de la chaîne explique sans sourciller au tribunal que "c'est ainsi que fonctionne la télévision en France depuis des années" et que "même la cour de cassation ne l'a pas remis en cause" concluant: "je ne crois pas que vous puissiez aller contre".

"Oui, reconnaît Philippe Gautier. Sauf que ce sont les décisions de la convention collective qui priment".

L'un des conseillers prud'homaux demande pourquoi France 3 n'a plus proposé aucun contrat, du jour au lendemain. Léger blanc. L'avocat, un brin agacé: "Mais… c'est qu'il n'y a plus de travail!"

Les prud'hommes ont jusqu'au jugement le 13 septembre pour potasser la liste des jours de remplacement à France 3 Nantes depuis qu'elle n'y travaille plus: s'il n'y a plus de taf pour la monteuse, il y en a pour d'autres précaires. A condition qu'ils ne se montent pas le bourrichon pour monter à l'assaut de leurs droits.

Lu 2163 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03