La lettre à Lulu
Lulu 48 mai 2005

Bouffay les tous !. Démocratic parano



Apprentis délinquants et bandits confirmés, méfiez vous. Une nouvelle race d’ennemis est née, à Nantes : les «coproducteurs de sécurité». Une association créée par Ayrault veut carrément «susciter l’implication de la population et de relancer la démarche de co-production de la sécurité associant toutes les capacités publiques ou privées». Il s’agit de faire épauler les professionnels du sécuritaire par les braves citoyens, persuadés qu’une bonne parano bien outillée vaut mieux que l’insouciance aveugle, forcément coupable.

Réactualisation du principe de la milice de coin de rue, ce concept d’auxiliaire volontaire de police est sorti tout droit d’un machin encore un peu nébuleux, lancé le 11 mars, par Ayrault : «l’Association pour la sécurité dans la démocratie» . Responsables des administrations territoriales et de l’Etat y côtoient chercheurs, universitaires, cadres et consultants du privé, «qui partagent la même approche citoyenne de la problématique sécurité». Parce que voilà. Il faut partager. D’autant que nous survivons dans «un contexte où la question de l’insécurité atteint l’ampleur d’une véritable obsession sociale». Ben dis donc ! Ces experts récusent le tout répressif, «les remèdes de l’inflation législative et du coup de bâton judiciaire se révèlent inefficaces». Plus efficace certainement, la coprod, comme en télé, mais en version flicarde. Parce que quand on est de gauche, pas question de laisser désigner ces pros de la sécurité «comme les seuls responsables des difficultés qui perdurent et qui s’accumulent sur les plus faibles ou les plus pauvres». Les membres de l’asso naissante ne veulent convaincre que ceux «qui se considèrent comme de véritables acteurs sociaux», de devenir «des artisans de la citoyenneté». L’artisanat, y’a que ça de vrai. La matraque, voilà une revalorisation du travail manuel.

La coproduction de sécurité devrait être opérationnelle quand le grand palace du centre ville sera sorti de terre, dans le quartier du Bouffay. Bouygues immobilier, le promoteur Kaufmann & Broad et le célèbre Georges V, de Paris s’il vous plait, sont sur les rangs. On attend donc des grooms du futur hôtel quatre étoiles nantais qu’ils coproduisent le nettoyage de la racaille devant le hall d’entrée du palace. Rappelons que pour les clients de ce genre d’établissement, est considéré comme louche le moindre cadre moyen qui n’émarge pas à l’impôt sur la grande fortune. Si vous ne voulez pas être "coproduit" auprès d’un kébab du Bouffay, achetez-vous vite fait une fortune.


Lu 2002 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03