La lettre à Lulu
Lulu 90-91 - décembre 2015

Bulle doseur. Coca fait le trottoir


C’est un peu gros mais ça passe. Coca et sa musique de faux cul obèse accueillis à pavés ouverts dans l’espace public.


Cette douceur est arrivé avec la fin de l’été. Le 29 août, une multinationale du soda a annexé un bout de bitume nantais pour vanter sa boisson sucrée gazouze, sous couvert de tortillage de cul sur des rythmes endiablés. « Coca-Cola invite les jeunes Nantais à bouger et danser avec sa tournée Move My City. » Génial, avec un concours, en jeu le titre de ville la plus dynamique de France. Nantes, bonne fille, a alloué à Coca un emplacement Place de Bretagne, du matin au soir. Faut que ça bouge. Camion podium ouvrant, écrans géants et coachs de danse et un slogan à couper le souffle : « Le mouvement, c’est le bonheur ». Mastodonte de la boisson sucrée hypercalorique gazounette, Coca finance actuellement aux États-Unis des chercheurs travaillant sur la lutte contre l’obésité, racontant qu’un peu d’exercice suffit à maintenir un poids convenable, sans se priver des profitables boissons sucrées et des calories qu’on consomme et qui n’auraient, selon eux, aucun effet déterminant sur l’obésité. Un litre de soda, c’est l’équivalent d’une vingtaine de morceaux de sucre, soit quelque 400 kilocalories. « Or, en moyenne, rappelle le Pr Serge Hercberg, président du programme national Nutrition Santé (PNNS)*, les apports quotidiens recommandés sont moitié moindres. Le principal problème est mathématique : l’apport calorique dépasse les dépenses énergétiques, de plus en plus faibles en raison de la progression de la sédentarité dans notre société. Une trop forte consommation favorise donc le surpoids et l’obésité, dont découlent de multiples pathologies : diabète, maladies cardiovasculaires, voire certains cancers. » Ce constat désolant ne fait pas les affaires de Coca qui tente de sauver les meubles en achetant des scientifiques pour prétendre le contraire. Ce travail de lobbying sous subsides de Coke multiplie conférences, articles dans des revues scientifiques et offensives via Facebook et Twitter. Coca mise aussi ses dollars (1,5 millions en 2014) sur une ONG créée de toutes bulles, the Global Energy Balance Network (Réseau mondial pour l’équilibre énergétique), qui vante le fait de se bouger le derrière comme solution première à l’obésité. Son but : détourner de la priorité d’arrêter fast food et sodas, pourvoyeurs de merdes saturées en sucres et graisses. Faire de l’exercice physique est le nouveau credo commercial, histoire de redorer le blason, l’image et le chiffre d’affaire de ces sodas, Coca étant confronté à une baisse importante de ses ventes sur le marché américain depuis 2012. La Ville de Nantes, tout à son esprit Charlie, laisse tout le monde s’exprimer. La tournée Coca est la déclinaison française de ce discours de faux cul, vieille chanson du pompier pyromane. Bouge ton faux-cul !

* Le Figaro, 12 septembre 2014.
** New York Times, 9 août 2015.

Lu 8 fois













La Lettre à Lulu : Lu dans Le Canard. Lulu aussi est assez fan de Pascal Praud....https://t.co/LAJPWsoNq1 https://t.co/YUqAxhraDc
Jeudi 16 Novembre - 14:12
La Lettre à Lulu : RT @radio_cayenne: @karacole__ @MegaCombi @Nantes_Revoltee @laderivenantes @Klaxon_Radio @KlaxonRadio @laCGT44 @ZAD_NDDL @solidaires44 @Fro…
Jeudi 16 Novembre - 10:34
La Lettre à Lulu : Dans son numéro 93 (juillet 2016), La Lettre à Lulu rendait hommage à Marcel Zang en publiant "Le cafard", une fabl… https://t.co/zI2uiLUfdC
Mercredi 15 Novembre - 19:43
La Lettre à Lulu : Slogans vite effacés des murs pendant les manifs du printemps 2016, mais immortalisés dans Lulu 93 (juillet 2016)… https://t.co/nz5r5XMVW6
Mercredi 15 Novembre - 19:42
La Lettre à Lulu : RT @LeRavijournal: Sélection ? Privatisation ? Démocratisation ? Politisation ? Fac en fusion ! Cf le nouveau Ravi ! https://t.co/6jBtWRQls…
Vendredi 3 Novembre - 18:46