La lettre à Lulu
Lulu 72 - avril 2011

C’est les autres. L’enfer et contre tout


Se choper des PV, quand on est flic, ça énerve. La presse compatit. Ça soulage.


Nantes, ville où il fait si bon vivre ? Pas du tout. Parce que ça n’a l’air de rien mais on peut s’y retrouver condamné à l’enfer. Hop, comme ça ! Rappelons tout de même à celles et ceux qui vivent dans un Eden cotonneux à l’abri de tout tourment, que l’enfer, c’est chaud. On pourrait définir ça comme un état de souffrance extrême de l’esprit humain après sa séparation du corps, la douleur s’expérimentant après le trépas par ceux qui ont commis des crimes et des péchés graves lors de leur existence terrestre. Des Nantais ont connu ça, à en croire le quotidien* qui s’y connait en bondieuseries et en flammes expiatoires. Mais soulagement, à l’heure où nous publions ces lignes, ils en sont sortis. Ce sont pourtant de hardis fonctionnaires, des policiers. Le titre est explicite : « Waldeck ; la fin de l’enfer du stationnement ». La souffrance aura été terrible, peu furent épargnés. Ce qui s’est passé ? Les travaux du commissariat étaient en retard, le parking au sous-sol n’a pas été livré. « C’est tous les jours l’enfer de trouver une place aux alentours. On se gare souvent à 800 ou 900 mètres, on doit payer, et on perd un temps fou », témoigne Arnaud Bernard, syndicaliste à Alliance. Attendez, éloignez les enfants, il y a pire : « C’est ingérable, certains d’entre nous se font verbaliser quotidiennement ». Par leurs collègues de la police municipale. L’enfer, c’est donc ça : les autres, ceux de la guerre des polices. Caïn et Abel. Délivrez-nous du mal.

Un mois plus tard, même chanson : « Les médecins en ont assez des PV ! »**Peuvent pas stationner à l’arrache sans qu’un papillon se pose sur leur pare brise. Et ça, ça les leur brise menu. Mais dans l’évocation journalistique de ce tracas à répétition, plus question d’enfer. La médecine prémunit-elle contre la repentance, le cul léché par les flammes ? Ou les flics, en vrais pros de l’enfermement, sont ils plus proches de l’enfer ? Ou alors on me ment ? Un dilemme infernal.

* Ouest-France, le 14 janvier 2011
** Ouest France, le 18 février 2011

Lu 147 fois













La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01