La lettre à Lulu
Lulu 51 décembre 2005

Centrisme. La ville baudruche


Demain c'est tout de suite. Le Nantes du futur apparaît plein de vent. Vive la communication éolienne.


Centrisme. La ville baudruche
La ville du futur est bien cachée. «Nantes demain» est une exposition à voir tout de suite. Sans attendre les élections municipales, sans attendre que la ville devienne telle qu'on ne vous la montre pas dans l'exposition. Il est urgent d'imaginer. Cette expo mise sur le spectaculaire et le décorum, sans présenter la moindre maquette pour les quartiers frappés d'un devenir accéléré. Dans la plaquette du hors série du journal municipal consacrée à «Nantes Demain», le premier adjoint a la réponse : «On fait la ville, non à travers des maquettes, mais à partir des choses qui existent, sans tout faire tout de suite». Pour l'Ile de Nantes, les «choses» sont surtout des terrains vagues, des friches ferroviaires, du port et des chantiers navals à réoccuper.

L'expo dans la halle Alstom se contente de flatter le réflexe identitaire. Tu la trouves, chérie, la maison ? J'attends que le monsieur ait fini de marcher dessus. Seule la photo aérienne de la ville au sol a l'air d'intéresser le public, même si c'est plutôt gadget vis à vis de l'enjeu annoncé de l'exposition, qui a quand même coûté 200 000 €. Pour le reste, des vidéos, des bordées d'ordinateurs en libre service, pour servir un insipide et austère programme présentant des projets par quartiers. Et des banderoles tombant du plafond, et d'immenses punching-balls pareil. Baudruche et oriflammes. Débauche de moyens. L'expo s'impose par sa déco. Sur ces pendentifs pleins d'air, quelques poncifs sur le vivre ensemble et la mixité sociale, durable et développée comme il se doit. Bla bla bla. Le tout servi dans une caillante sibérienne sévissant au sein d'un hall industriel pas chauffable. Beaucoup de vent, en somme. Mais qu'importe le contenu pourvu qu'on ait l'ivresse des chiffres distillés par le service communication : plus de 20 000 visiteurs (scolaires compris) un mois après l'inauguration. Donc succès indéniable. La fréquentation tient lieu de satisfaction. Le syndrome de l'audimat.

De passage à Nantes, un urbaniste du sud note la formidable suffisance des édiles nantais à prétendre créer ex abrupto «le cœur de l'agglomération nantaise du XXIe siècle», rien moins. Un deuxième centre à la ville ? : «ça ne marche jamais, on ne trouvera aucun exemple de réussite d'une telle intention, dit il, à part, peut-être dans quelques régimes totalitaires». Ouh là ! Cet observateur avisé mais extérieur note que le plan de Chemetoff, le grand concepteur de ce doublon de centralité, s'intéresse à l'île de Nantes sans chercher à la rattacher au vrai centre historique que par les ponts, un point c'est tout. Le centre historique est lui investi d'usages populaires, marchands, voire militants quand les manifs s'approprient l'espace public. Le nouveau centre de l'Ile de Nantes, aura du bizness, des bureaux, et des gargotes bobos pour faire déjeuner rapido les hommes d'affaires, et quelques agents immobiliers au début. Mais pour le reste ? On pourra baratiner pendant des années sur le parti pris de répondre au traumatisme de la disparition de l'eau en ville par les Comblements, puis du deuil de la construction navale dans le centre ville. Le discours sur la ville ramène un peu d'eau en plaçant la Loire entre l'ancien centre et le nouveau autoproclamé. Puisque qu'on ne peut pas recreuser, on déporte le centre de gravité. Avec l'installation de l'éléphant de Royal de Luxe, on pourra même parler de barycentre.

Lu 2332 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03