La lettre à Lulu
n°22 - fév

Championnat radioactif : Gétigné Enterre La hague


Encore une belle performance de l’ouest. Grâce à son jeu à terre, Gétigné détrône le tenant du titre, La Hague. Gageons que dans ce coin du vignoble, le muscadet coulera à flot pour saluer l’évènement.


Championnat radioactif : Gétigné Enterre La hague
Repassez dans quelques millions d’années, tout ira bien. Juré, promis, la radioactivité sera réduite à rien. Mais en attendant, ça craint. A Gétigné, près de Clisson, l’extraction d’uranium est arrêtée depuis 1990 et depuis, les millésimes de muscadet ont fait mine de rien. Au sol, "les niveaux d’irradiation extérieure mesurée autour des anciennes mines d’uranium de la Cogema sont supérieurs aux valeurs relevées au compteur Geiger autour de l’usine de retraitement de La Hague"*, dit Bruno Chareyron, responsable du Crii-rad**, laboratoire d’analyse indépendant de la Cogema, de la CEA et de l’Etat. Et ça, c’est rien qu’autour, pas au sein même des sites radioactifs.

En septembre 1998, l’analyse a porté sur quelques mesures autour des anciennes mines d’uranium de Gétigné. Premier constat : gérant et garant du site, la Cogema sous-estime ses contrôles officiels. Non pas que les chiffres soient truqués. Simplement, les capteurs fixes ne sont pas placés aux endroits sensibles, significatifs. Et les ingénieurs officiels ne testent que l’eau courante des rivières, qui ne fait bien sûr que passer, pas du tout les accumulations beaucoup plus pertinentes dans les plantes aquatiques et les sédiments. A l’Ecarpière, la Cogema a trempé dix capteurs au fil de l’eau de la Moine et de la Sèvre sans dénicher une once d’uranium ! Alors que la Crii-rad, en interrogeant les sédiments, les a trouvé 11 à 26 fois plus gorgés d’uranium et de radium que le niveau naturel. A votre santé !

Selon ce rapport de la Crii-rad terminé début janvier, la Cogema minore donc la "contamination radiologique de l’environnement, en particulier la pollution induite par les rejets liquides et écoulements" mais aussi "les doses de radiations susceptibles d’être subies par les populations des sites soi-disant réaménagés". On notera le "soi-disant", la Cogema se targuant d’un site modèle nettoyé de tout résidu douteux. Rassurée, la mairie de Gétigné veut aujourd’hui réviser le POS qui protégeait l’ensemble du site de toute réutilisation. Objectif : dégager 11 hectares pour les fourguer à un industriel. Alors que le site n’est pas déclassé, l’entreprise Desfontaine a déjà investi les lieux en entreposant du matériel dans les bâtiments desaffectés mais pas déradioactivés.

En fin d’exploitation, certaines mines ont été noyées. Tout devrait baigner, mais non. Il y a "des résurgences d’eaux en des endroits qui ne sont pas prévus, et induisent des pollutions très importantes", dit Bruno Chareyron. Exemples : Sur la commune de Gorges, l’ancienne mine à ciel ouvert du Chardon, fermée en 1991, recrache sa mémoire au fond d’un ruisseau asséché, relevant des teneurs radioactives dix fois supérieures à la normale. A Roussay (Maine-et-Loire), l’herbe jaunie du pré en contrebas de la mine noyée de la Baconnière affiche 50 429 becquerels par kilo sec : soit 250 fois plus d’uranium 238 que si le sol n’avait jamais connu ces mauvaises mines.

Les ingénieurs de la Crii-rad préconisent une cartographie et un bilan radiologique détaillés et objectifs, des sites et des abords. Mais la Cogema, pour qui tout va bien, ne paraît pas ravie d’assurer le service après je m’vante.


* Sans tenir compte des rejets en mer et dans l’atmosphère à la Hague.
** Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité, basé à Valence, Drôme.

A lire aussi


Lu 5741 fois













La Lettre à Lulu : Lu dans Le Canard. Lulu aussi est assez fan de Pascal Praud....https://t.co/LAJPWsoNq1 https://t.co/YUqAxhraDc
Jeudi 16 Novembre - 14:12
La Lettre à Lulu : RT @radio_cayenne: @karacole__ @MegaCombi @Nantes_Revoltee @laderivenantes @Klaxon_Radio @KlaxonRadio @laCGT44 @ZAD_NDDL @solidaires44 @Fro…
Jeudi 16 Novembre - 10:34
La Lettre à Lulu : Dans son numéro 93 (juillet 2016), La Lettre à Lulu rendait hommage à Marcel Zang en publiant "Le cafard", une fabl… https://t.co/zI2uiLUfdC
Mercredi 15 Novembre - 19:43
La Lettre à Lulu : Slogans vite effacés des murs pendant les manifs du printemps 2016, mais immortalisés dans Lulu 93 (juillet 2016)… https://t.co/nz5r5XMVW6
Mercredi 15 Novembre - 19:42
La Lettre à Lulu : RT @LeRavijournal: Sélection ? Privatisation ? Démocratisation ? Politisation ? Fac en fusion ! Cf le nouveau Ravi ! https://t.co/6jBtWRQls…
Vendredi 3 Novembre - 18:46