La lettre à Lulu
Lulu 52 avril 2006

Députés de Loire-Inférieure. Groupusculeurs de mouches !


Les huit députés du coin s'essaient à la dynamique de groupe, surtout au sein de groupes d'étude parlementaires assez pittorresques, mais aussi en pratiquant le groupisme exotique.


Députés de Loire-Inférieure. Groupusculeurs de mouches !
Portrait type du député de Loire-Inférieure. Pour dresser ce profil, il suffit de se référer aux participations de nos dix députés aux divers groupes d'études parlementaires : l'élu de Loire-Inférieure moyen dans l'hémicycle n'aime ni les îles anglo-normandes ni les animaux en général ni le cheval en particulier. Il n'est pas plus branché par l'avenir de la châtaigneraie ou celui du thermalisme. On peut comprendre. Il est aux abonnés absents aux groupes sur les affections nosocomiales, l'obésité, la plasturgie, les PME. Il se contrefiche aussi de la consommation, du maïs, du sida, de la démographie, des commerces non sédentaires, des déplacements urbains et des droits de l'homme, puisqu'aucun ne siège dans ces commissions. Il se tamponne tout pareil le coquillard de l'économie solidaire, de la filière électronique et numérique. Le fromage, les ovins, il s'en tape. L'horticulture, les grandes villes, le Kosovo ne le motivent pas un pet. Le quart-monde et les rapatriés pas plus. Le sort du Tibet lui est complètement étranger. Il a délibérément déserté les voies navigables. On ne peut pas s'intéresser à tout.


Les joies de l'hémicyclisme

Députés de Loire-Inférieure. Groupusculeurs de mouches !
Et pourtant, il ne faut pas croire que notre parlementaire moyen tire au flanc. Non, non, les députés du cru bûchent leurs sujets en groupes d'études. Marie-Françoise Clergeau et Jean-Pierre Le Ridant, 116 ans à eux deux, sont attentifs au sort des personnes âgées dépendantes. Dentiste à la retraite, Landrain est le seul au groupe de réflexion sur les professions libérales, mais il est aussi toujours prêt au sein de la commission gambergeant sur le scoutisme. Hunault doit avoir une passion secrète pour la corrida, ou alors il est taureau en astrologie, mais doit y avoir un truc pour qu'il ait intégré le groupe d'études sur la tauromachie. Poignant et Landrain planchent sur la grave question de la trufficulture. Pour se remettre de leurs émotions, Poignant vice-préside le groupe sur la viticulture, où Landrain est simple membre. Santé! L'illettrisme peut compter sur Le Ridant et Landrain pour reculer. Mais sur le dossier un peu chaud des banlieues, Le Ridant ne lâche pas l'affaire. Il gérera sans doute l'étude de terrain depuis la banlieue de Basse-Goulaine, son fief. Hériaud se charge de l'OMC et de la régulation internationale. Hunault éponge les inondations et garde un œil sur internet. Clergeau s'occupe des langues régionales, et se fait surveiller par Le Ridant pour surveiller la jeunesse. Hériaud, Landrain et Hunault étudient les vols de nuit et les nuisances aéronautiques. Comme ses collègues députés du coin, Landrain a fui le groupe d'études sur le vol libre et l'aviation légère. Dommage : il aurait pu y puiser de bonnes idées pour garnir son aéroport d'Ancenis toujours désert et qui n'arrive vraiment pas à décoller.

Bonimenteur, menteur toi-même

Députés de Loire-Inférieure. Groupusculeurs de mouches !
Priou, Landrain et Hunault sont spécialistes de la presse dans un groupe spécial presse. Ils viennent de briller par un silence assourdissant lors du rachat du pôle ouest de la Socpresse par Ouest-France. Aucun ne s'intéresse au groupe sur l'automobile, ni à la cause nationale du caoutchouc et du pneu français, et pas plus aux calamités agricoles. La formation alternée en milieu rural les intéresse beaucoup plus : quatre députés de droite du département y siègent. Et la chasse les passionne carrément : six députés, tous de droite, y sont à l'affût. Pas un ne manque. Avec des fusils à deux coups, les voix comptent double ?
Edouard Landrain, 76 ans aux prunes, siège à la commission protection de l'enfance et de la jeunesse. Pas de député de Loire-Inférieure au sein du groupe d'étude sur les îles anglo-normandes, où on retrouve pourtant un Sarthois, un Vendéen, un Aveyronnais et un Lyonnais… Allez comprendre. À part Serge Poignant, on ne peut compter sur personne pour obtenir une appellation d'origine. Négligeant la présence de l'arsenal d'Indret sur leur territoire, les ressortissants de Loire-Inférieure sont tout aussi absents dans le groupe d'étude sur l'industrie de l'armement. Pour les arts de la rue, s'adresser à Ayrault (sa seule participation à un groupe d'étude parlementaire) et à Marie-Françoise Clergeau, ce qui pourrait passer pour un double signe d'allégeance à la candidate Ségolène via l'appui à Royal de Luxe. Mais c'est vrai que Christophe Priou s'y est mis aussi, pour surveiller ces deux dangereux socialistes de rue.

Lu 3333 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03