La lettre à Lulu
Lulu 51 décembre 2005

Descente délit. Ce n'est qu'un débit, le combat continue


Entrepreneur liquidé, aussi dépité que débité, il se retrouve interdit bancaire, expulsé de son logement et en stage permanent de procédure judiciaire.


Il ne faut pas se frotter aux ennuis, sinon on s'en colle partout. Jean-Philippe de Lespinay connaît ça assez bien. Un genre de collectionneur sans vocation. À la tête d'une start-up de logiciels et de système experts, il voit sa société liquidée il y a dix ans, malgré le remboursement de ses dettes et l'abandon des autres créances*. Sans le prévenir de la date d'audience, le Tribunal de commerce lui colle dix ans ferme d'interdiction de gérer. Ce qui plombe vite la seconde entreprise qu'il a montée, mise en dépôt de bilan en 2002. Circulez ! Il conteste l'interdiction de gérer. Sans succès, ni en appel à Rennes, ni en cour de cassation. Son avocat lui écrit même : «je déplore que vous ayez été jugé par votre ennemi personnel», la première sentence ayant été prononcée par Louis Vercelleto, alors président du tribunal de commerce, un an après des échanges de courriers plutôt énervés accusant le juge en chef du commerce de collusion avec le liquidateur Armel Dolley. Ces bons messieurs ont eu la peau du mauvais sujet. Sa banque, la Société Générale, s'empresse de lui mettre la tête sous l'eau, l'interdit de chéquier et de carte bleue sans le prévenir, et le colle sur la liste noire à la Banque de France, inscrit au FICP, le Fichier national des incidents de remboursement de crédits aux particuliers, que ceux qui sont en délicatesse avec leur banque ne connaissent que trop. Entre temps, Lespinay est inscrit sur d'autres listes : Assedic, ANPE. Sa «descente aux enfers», comme il dit.

Descente délit. Ce n'est qu'un débit, le combat continue
Il déménage, partage avec son fils un appartement qui s'avère vite mal ventilé et carrément bouffé d'humidité. Les tapisseries se décollent, la buée dégouline aux fenêtres, gâte les aliments et rouille les radiateurs. Le vice caché avait déclenché un contentieux avec le précédent locataire. De Lespinay fait six mois de grève des loyers. Contre son propriétaire, un pro du bâtiment, les constats d'huissier et le rapport d'expertise n'y feront rien. Le locataire est condamné à l'expulsion, après un référé demandé par le proprio l'été dernier. Lespinay fait valoir qu'il a un dossier de surendettement à la Banque de France, ce qui doit geler les créances. En octobre 2005, le juge d'exécution n'en tient pas compte, croit déceler une mauvaise foi chez le locataire récalcitrant, et confirme l'expulsion ajoutant que «les nombreuses correspondances émanant de Jean-Philippe de Lespinay révèlent un ton cassant, comminatoire, émaillé de propos à connotation polémique». Six jours après, celui à qui on reproche «la tonalité d'un tel comportement» est donc réellement et matériellement expulsé, onze heures avant la période d'hiver qui l'aurait rendu de fait invirable. Condamné pour délit de tonalité.
Depuis qu'il n'est plus entrepreneur, Lespinay s'est formé sur le tas à ce qui est un genre d'art martial, catégorie self-défense : les recours en justice.
Procédurier autodidacte, il écrit beaucoup, assigne presque autant. Cette fois, il porte carrément plainte contre ce juge pour «escroquerie au jugement, forfaiture et prévarication».
De l'art de se faire des amis.

* Voir Lulu n°39. L'homme est un louche pour l'homme.

Lu 4706 fois













La Lettre à Lulu : Lu dans Le Canard. Lulu aussi est assez fan de Pascal Praud....https://t.co/LAJPWsoNq1 https://t.co/YUqAxhraDc
Jeudi 16 Novembre - 14:12
La Lettre à Lulu : RT @radio_cayenne: @karacole__ @MegaCombi @Nantes_Revoltee @laderivenantes @Klaxon_Radio @KlaxonRadio @laCGT44 @ZAD_NDDL @solidaires44 @Fro…
Jeudi 16 Novembre - 10:34
La Lettre à Lulu : Dans son numéro 93 (juillet 2016), La Lettre à Lulu rendait hommage à Marcel Zang en publiant "Le cafard", une fabl… https://t.co/zI2uiLUfdC
Mercredi 15 Novembre - 19:43
La Lettre à Lulu : Slogans vite effacés des murs pendant les manifs du printemps 2016, mais immortalisés dans Lulu 93 (juillet 2016)… https://t.co/nz5r5XMVW6
Mercredi 15 Novembre - 19:42
La Lettre à Lulu : RT @LeRavijournal: Sélection ? Privatisation ? Démocratisation ? Politisation ? Fac en fusion ! Cf le nouveau Ravi ! https://t.co/6jBtWRQls…
Vendredi 3 Novembre - 18:46