La lettre à Lulu
Lulu 65 - juillet 2009

Dingo dossiers. Des soignants bien patraques


L'institut de post cure psy rend malade son personnel.
Du coup il a comme des absences.


Dingo dossiers. Des soignants bien patraques
Hors hosto, la psychiatrie institutionnelle a installé une soixantaine de malades en voie de retour à la normale après séjour en hôpital psy. À un swing des 18 trous du golf de Carquefou, le centre de post cure de La Mainguais de l'ADAH (association de développement d'alternatives à l'hospitalisation) a été bâti en 2005 sur d’anciens marécages. Hébergement sur place, 64 lits, par unité de neuf patients. « L'utilisation de la précarité est courante », note Anna*, stagiaire à l'ADAH avant d'y cumuler une dizaine de petits contrats précaires en un an. Une monitrice de l'atelier espaces verts a attendu dix ans pour décrocher un CDI. Spécificité de la maison, l'arrêt maladie des soignants oblige à recruter des remplaçants en permanence. « Les bâtiments ont été conçus pour 36 patients et nous travaillons avec 64 patients (…). On ne fait plus du soin mais du gardiennage (…). Notre établissement crée de la maltraitance pour le personnel », note la CGT qui parle de « fonctionnement infantilisant des salariés ». L'absentéisme a atteint une moyenne de quatre jours d'arrêt maladie par mois et par salarié. Ce que reconnaît le cadre infirmier : « La souffrance des soignants est de plus en plus grande ». L'inspecteur du travail partage ce constat : « Le malaise des personnels des foyers semble aussi avoir pour origine le sentiment de ne pas avoir prise sur l'organisation du travail et ses objectifs ». Il préconise des réunions d'échange « sur les pratiques professionnelles, afin que les problématiques ressenties par les salariés, liées notamment à la pénibilité du travail, l'évolution du public accueilli, l'écoute accordée par la hiérarchie, soient intégrées dans la démarche de l'établissement ». Selon Anna, « l'établissement a de bons outils, qui ont dû fonctionner, mais on ne réfléchit plus en équipe ». Faut dire qu'avant de démissionner, après avoir creusé un déficit au budget formation, avec un joli stage perso à 17 000 euros, le directeur administratif en a parfois rajouté une couche : en avril 2006, il refuse de négocier sur la journée de solidarité, quand Raffarin voulait faire sauter le lundi de Pentecôte chômé. Il attaque bille en tête le représentant CGT : « Cette proposition d'accord relève plus de l'accompagnement psycho-social d'un névrosé obsessionnel à personnalité paranoïaque que d'une négociation réglementée par le code du travail ». Le dirlo a confondu diagnostic et dialogue social. C'est fou ce qu'on peut être distrait.
Sollicitée, l'institution n'a pas souhaité s'exprimer. Du coup, personne ne dément.

Basile Dallienné

* Prénom changé

Lu 1358 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03