La lettre à Lulu
Lulu 90-91 - décembre 2015

Doux Jésus ! La croisade est opérationnelle


Entre culte et culture, il y a le cul comme dénominateur commun. Mais pas à l’opéra.


Après les attentats de Charlie, on pensait que tout était clair. Auxiette, après tant d’autres, l’avait répété, martelé : «La laïcité ne se négocie pas !». S’il n’a pas pu refourguer des abonnements à Charlie hebdo à la droite, il envisageait de farcir de symboles républicains les frontispices des établissements publics et privés... Une laïcité militante, intransigeante avec toutes les formes d’extrémisme. Euh. Pas toujours.

Sous prétexte d’ouverture culturelle et historique, ce prosélytisme financier a séduit la Drac, Angers et Nantes, la Loire-Inférieure, le Maine-et-Loire, et la région pour délivrer des leçons qu’on pensaient bannies de l’espace public. La nouvelle tournée « Histoires sacrées » de l’Opéra Angers-Nantes nous replonge, à travers la présentation de quelques pièces baroques, dans les grandes heures de la contre-réforme et de la reconquête catholique. Sur scène, Jonas est en proie aux doutes et aux infidèles (il ne manque pas, assailli, d’écrire une pancarte sur laquelle on peut lire «Je suis juif et j’ai peur», subtile référence à l’actualité). Un juge d’Israël tergiverse devant la perspective de sacrifier à Dieu sa fille unique pour le remercier de sa victoire sur les Égyptiens (rassurez-vous, il s’exécutera, non sans lui laisser deux mois pour pleurer sa virginité). On partage le désarroi de saint Pierre après avoir renié Jésus (rassurez-vous là encore, il a su se reprendre).

La croisade s’amuse

Pour donner encore plus d’actualité aux croyances bibliques et replonger le spectateur dans l’ambiance, l’opéra d’Angers-Nantes a eu la bonne idée d’investir les églises de Nantes, Angers et de certaines communes de la région. Si tout cela restait entre croutons amateurs de classique et de saintes écritures, on pourrait douter de la légitimité du financement public, mais la tournée fait dans la démocratisation culturelle et s’invite en banlieue ! La bonne parole aux pauvres et aux brebis égarées, en somme. Prêche culturel en classe, présentation de l’église et visite du quartier en compagnie des ouailles de la paroisse, rencontre avec le metteur en scène, joyeuse confusion parfaitement entretenue de bout en bout aux fins d’édification des jeunes têtes, blondes ou autres.

Juste pour rire, imaginons la levée de boucliers à la découverte d’une telle tournée dans les mosquées de la région, avec visites guidées et interventions en classe à la clef…

Elie Coptère

Lu 2 fois













La Lettre à Lulu : Lu dans Le Canard. Lulu aussi est assez fan de Pascal Praud....https://t.co/LAJPWsoNq1 https://t.co/YUqAxhraDc
Jeudi 16 Novembre - 14:12
La Lettre à Lulu : RT @radio_cayenne: @karacole__ @MegaCombi @Nantes_Revoltee @laderivenantes @Klaxon_Radio @KlaxonRadio @laCGT44 @ZAD_NDDL @solidaires44 @Fro…
Jeudi 16 Novembre - 10:34
La Lettre à Lulu : Dans son numéro 93 (juillet 2016), La Lettre à Lulu rendait hommage à Marcel Zang en publiant "Le cafard", une fabl… https://t.co/zI2uiLUfdC
Mercredi 15 Novembre - 19:43
La Lettre à Lulu : Slogans vite effacés des murs pendant les manifs du printemps 2016, mais immortalisés dans Lulu 93 (juillet 2016)… https://t.co/nz5r5XMVW6
Mercredi 15 Novembre - 19:42
La Lettre à Lulu : RT @LeRavijournal: Sélection ? Privatisation ? Démocratisation ? Politisation ? Fac en fusion ! Cf le nouveau Ravi ! https://t.co/6jBtWRQls…
Vendredi 3 Novembre - 18:46