La lettre à Lulu
Lulu 74-75 - nov.-déc. 2011

Droit de véto. Navets, vos papiers !


Amap sous surveillance. Les paniers, en rang par deux !


Les services vétérinaires sont dans les choux. à La Chapelle-sur-Erdre et Orvault, les fonctionnaires ont mené le 25 octobre deux visites inopinées aux circuits courts des Amap, associations pour le maintien d’une agriculture paysanne. Pour l’instant entre fromages et boîtes à œufs.

Officiellement, ce ne sont que des visites de courtoisie et d’état des lieux, purement techniques, sans tenir compte de la spécificité de ces partenariats alliant de quoi faire bouillir la marmite de soupe familiale et le soutien économique aux producteurs bio et locaux.

Un regard tatillon pourrait bien mener à réglementer ces circuits courts qui commencent à prendre de l’ampleur. Alors quoi ? La chaîne du froid, sacrebleu ! La prolifération microbienne, screugneugneu !

En 2010, dans le Calvados, les services vétérinaires ont voulu considérer « que le local de l’AMAP est un point de vente collectif et doit être déclaré à la DSV comme tout local commercial. En conséquence, il impose des mises aux normes : surfaces facilement désinfectables, installation d’une climatisation, confinement des aliments, etc. »*. Le statut de point de vente collectif imposerait des règles draconiennes, interdiction au client de manipuler les produits qui devraient être tous étiquetés, dans des armoires réfrigérées pour les fromages, les œufs, la viande. Les adhérents de l’Amap règlent pourtant à l’avance leurs paniers, par abonnements,. Comme il n’y a pas de transaction financière sur place, on ne se trouve donc pas dans un cas de « vente au déballage » qui impliquerait des normes très strictes. Ailleurs, à Nice, en Ile-de-de-France, il y a quelques mois, c’est la répression des fraudes qui a déboulé. On ne va plus rigoler.

Le jus de pomme n’a pas d’étiquette. La licence d’agriculteur biologique n’est pas en vue. Z’y coupez pas, prochain coup verrrrrrrrbalisation ! Le moucheron qui survolait la botte de poireaux a eu chaud. Il n’a pas de plaque d’immatriculation.

Ruth Abaga
* Le Pays d’Auge, 14 mai 2010

Lu 280 fois













La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01