La lettre à Lulu
Lulu 58 - décembre 2007

Embobinement durable. Ecolo, la tête à Toto


Truqueurs, menteurs, récupérateurs, hypocrites, toutes sortes de trafiquants de durable débarquent partout, avec leurs pubs, leurs camions, leurs bobards de tous bords et leur baratin de Pinocchio.


Ecolo Pinocchio. Baratin poids lourd

Embobinement durable. Ecolo, la tête à Toto
Les camionneurs ne font pas fausse route. Ils foncent. Durablement. "Nos sociétés sont structurées de telle manière que les transports ne cessent de se développer", assène comme une évidence le bi mensuel Plein Ouest qui titre sur "Le “vert“, source de nouvelle croissance". Circulez, y'a rien à freiner. Le secteur des transports routiers s'exprime sans contradiction dans Plein Ouest. Normal, c'est le magazine de la chambre de commerce dont les rois du camion font partie. Et allons z'y des tartines sur leur conscience de nouveaux écolos. On commence par citer un rapport d'experts poids lourds, le livre blanc 2007 de la FNTR, fédération nationale des transports routiers : "Il n'y a pas d'alternative au transport routier". Comme ça, c'est réglé. D'ailleurs, les camions modernes sont des modèles anti-pollution qui roulent au jus de communication.

La main sur le cœur, l'autre sur le volant, un transporteur déclare qu'"il aimerait voir moins de poids lourds sur les grands axes routiers". Quelques lignes plus loin, le vla doublé par un collègue : "C'est pas demain que l'on mettra des camions sur les trains entre Nantes et Paris". Pour mettre moins de camions sur les routes, il n'y a qu'une bonne solution : construire plus de routes. Les sociétés de transports régionales réclament donc plus d'infrastructures routières, tout en regrettant que les pouvoirs publics "n'ont pas mis en œuvre une véritable politique, mais se sont focalisés sur la question des infrastructures". À ce propos, apprenez à parler le jargon durable : les pros du camion ne veulent pas plus de routes pour éviter les embouteillages. Non, "ils redoutent une thrombose de la circulation qui pourrait obérer le développement économique". Tu le pousses ton gros cul, ou j't'obère !

* Plein ouest, n° 134, octobre novembre 2007


Lu 2851 fois













La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01