La lettre à Lulu
Lulu 58 - décembre 2007

Festival des trois continue. Nous ne vieillirons pas ensemble


Trois continents, presque trente ans et une seule ambiance : guerre civile.


Festival des trois continue. Nous ne vieillirons pas ensemble
Entre les jeunes loups et les vieux lions, on a passé depuis longtemps le stade des chiens de faïence. Lors du dernier festival, c'était carrément à qui se retenait de ne pas mordre l'autre. Les jeunes loups, c'est la jeune équipe qui mène aujourd'hui le festival, plutôt des bardés de mastères en management culturel et en diplômes supérieurs que des détenteurs de brevets de ciné-clubisme militant. Les vieux lions, ce sont les Frères Jalladeau, pères fondateurs depuis les temps archéologiques du cinéma à la nantaise, forcément accrochés au festival qu'ils portent à bout de bras depuis le début. Et les Jalladeau se sont peut-être un peu endormis sur leur vision du cinéma. En somme c'est un peu un choc des cultures. Prévu depuis plusieurs années, le passage de relais se fait dans la douleur.

L'an prochain, c'est le trentième anniversaire. Un chiffre rond, traditionnel fétiche des commémorations. Mais personne ne sait si les deux Jalladeau dont les contrats de co-directeurs artistiques s'arrêtent à la mi-décembre, seront encore là pour fêter dignement leur sortie. Les relations sont tellement détériorées que pas un bookmaker n'ose parier. Les loups disent : c'est eux ou nous. S'ils restent, on part. À tel point qu'entre le comité de sélection des films et les frères directeurs artistiques, il a été impossible de communiquer autrement que via des cabinets d'avocats, pour faire tampon entre les belligérants.

Certains piliers du festival ont tenté de jouer les casques bleus mais épuisés, ont préféré jeter l'éponge. L'an prochain, ils ne reviendront que comme simples spectateurs, sans la moindre implication. Les antagonismes sont si à vif que les Jalladeau ont fait savoir que le nom du festival était déposé et protégé et que ceux qui voudraient le réutiliser après eux devraient payer le prix fort. Au point que les hypothèses de changer de nom et de date sont sérieusement envisagées. A la cérémonie d'ouverture, le président du festival prend soin de ne prononcer que le nom de l'association du festival des Trois continents, pour ne pas risquer un clash et des royalties à payer pour usage du nom déposé. Les Jalladeau ont voulu déposer aussi le nom "Produire au sud", l'atelier de formation coup de pouce aux projets, mais ils se sont fait brûler la politesse de quelques poignées d'heures.

Pur produit du management, diplômé de Sup de Co Nantes, Guillaume Marion, l'actuel délégué général du festival, a signé son transfert à Cannes, où il sera coordinateur général à la Semaine de la critique.
Un successeur est pressenti. Quelqu'un qui a de la bouteille, paraît-il. Faut espérer qu'il ait aussi une grosse expérience de démineur.

En prenant la parole lors de la cérémonie de clôture, Jean-Marc Ayrault en a même fait un gros lapsus disant le "festival des trois continue", tout en s'efforçant de rendre hommage aux Jalladeau et en "espérant réussir cette trentième édition, et le passage, parce que nous en avons besoin". Pour l'instant, on a surtout besoin de sacs de sable.
Satya Jeetray

Lu 1557 fois













La Lettre à Lulu : @ValKphotos @CQFDjournal @JefKlakRevue @Reporterre @Bastamag @acrimed_info lulu solidaire
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : @ValKphotos on a cosigné.
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: Serieux?! C'est quoi que l'État pige pas dans #IndyMedia? indy (indépendant) + media (média) = liberté de la presse! https:…
Vendredi 29 Septembre - 10:04
La Lettre à Lulu : Retailleau ne cumule plus. Explication par @rayclid #retailleau #senateur #Senat #cumuldesmandats https://t.co/bAFUgJe2h4
Jeudi 28 Septembre - 12:59
La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47