La lettre à Lulu
Lulu 60 - juin 2008

Heavy métal

Boënnec, tête à cloaque


Dans un centre d'enfouissement technique, on enfouit. Et on fuit si ça craint, même si c'est criant. C'est le diagnostic du docteur Boënnec, le maire de Pornic.


Heavy métal
Du plomb, de l'alu, du mercure, plein la prairie. Un vrai cabinet d'alchimie. Officiellement dénommée centre d'enfouissement technique, la décharge de la communauté de communes de Pornic fuit et largue ses saloperies en contrebas.

Ouverte en 1980, la décharge devait fermer en l'an 2000. Les autorités lui ont signé une rallonge jusqu'en 2004, puis 2009. Il faut bien que les ordures perdurent. Ceci dit sans équivoque ni malice, on ne parle pas des autorités. Retour en arrière. Il y a sept ans, déjà malheur: autour de la décharge, les fossés sont pleins d'un trop-plein bien noirâtre. Les pompes n'arrivent pas à pomper les lixiviats: en jargon technique, c'est la sale soupe produite par la décomposition des ordures. Et ça ne sent pas la rose. Ces jus sont largués volontairement, sans scrupules ni contrôle dans la nature, plus précisément vers la nappe phréatique, ou direct dans l'étang des Gâtineaux qui sert de source d'eau potable. Le bassin qui doit recevoir les eaux de pluie est envahi par les lixiviats.

La police constate, accumule les rapports. Des experts craignent que les digues ne lâchent sous la pression. Les techniciens de la décharge concèdent qu'ils ont droit à 5 % de perte de ce purin «technique» et que tant que ce chiffre n'est pas atteint, tout baigne. Et pour baigner, ça baigne. En février 2007, le bon docteur Boënnec, maire de Pornic et président de la communauté de communes, prétend devant une caméra de France 3 qu'il n'est pas au courant et que ça aurait été plus correct de l'avertir. Le gros malin. L'association des riverains l'a déjà prévenu des jus pourris qui suintent de sa décharge, mais l'excellent docteur ne repond jamais à ce genre de provocation. En septembre 2005, sa directrice de la communauté de communes envoie même la police pour faire évacuer des riverains venus rencontrer des responsables. A nouveau, le 13 avril 2008, le paysan voisin du centre d'enfouissement des déchets trouve bizarre cette bouillasse noirâtre qui trempe les flaques du champ en aval. Bizarre, surtout par temps sec depuis quinze jours. En fait, ce purin sombre qui baigne la prairie est plein de métaux lourds, selon le diagnostic du laboratoire chimie-environnement-santé de l'IDAC, l'Institut départemental d'analyse et de conseil, sollicité par l'association de riverains de l'Aiguillon. 38 milligrammes de plomb par kilo de boue, 0,12 mg/kg de mercure et un peu d'aluminium par là-dessus: 21 773 mg/kg. Faut dire que les digues sont bien fatiguées et pleines de trous creusés par les rats.

Pas de panique, la communauté de communes l'a déjà dit : ces boues douteuses, c'est rien, juste de l'eau qui a croupi. Il faut juste penser à pas la donner à boire aux nourrissons.
Gonzague Courju
Toute l'histoire sur le site: http://pagesperso-orange.fr/assovmp/portcitoyenapornicII/index.html

Lu 2733 fois













La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01