La lettre à Lulu
Lulu 81 - juillet 2013

Indicateur de chemins de fer. L’aéroport se fait botter le train


Le tram train imposé par la DUP aussi douteux que le raccord à un rapide Nantes-Rennes.


Et si le rail faisait dérailler NDL ? Ne parlons pas de l’abandon par l’irresponsable préfet de Midi-Pyrénées du nouvel aéroport à Toulouse en partie pour le même motif… Ni de l’actuel aéroport de Nantes-Atlantique non raccordé à la voie ferrée existante à quelques centaines mètres. Ni de l’interconnexion au sud de Paris des futures LGV mettant Nantes à deux heures trente d’Orly et Roissy.

Parlons juste de la voie ferrée, censée relier NDL à Nantes. Unanimes sur l’aéroport, les collectivités ont des voies divergentes question rail. La région défend mordicus l’option tram-train, en reportant soigneusement l’annonce du montant de la dépense. Le département, en théorie autorité compétente, privilégie un « service de bus cadencé » nettement moins cher. La guerre couve entre socialos quand Auxiette se dit prêt à en assumer le coût face à un Grosvalet soucieux de ses prérogatives. Même si la prochaine étape de la décentralisation refilerait à son « camarade » du parti la responsabilité des infrastructures ferroviaires « d’intérêt régional ». Sauf à cantonner l’aéroport « du grand Ouest » à un intérêt cantonal…

Comme le département, Nantes métropole s’opposait au tram-train, indigne de son standing, préférant une liaison rapide avec Rennes via NDL, même à un horizon intersidéral. Mais l’agglo vient de virer sa cuti*. Entre-temps, les Pays de la Loire ont été largués en rase campagne par leurs copains bretons, plus soucieux de plaider auprès de l’État un gain de temps de parcours avec Paname qu’avec Nantes dont ils s’en tamponnent la micheline.

Dernier hic : le récent rapport transports du député Philippe Duron ne croit pas aux voies ferrées nouvelles entre Rennes-Nantes, ni vers Brest et Quimper. La facture a doublé, passant de 3,1 à 6,1 milliards d’euros, « sans commune mesure avec les gains attendus notamment en termes de temps de parcours. La commission recommande une révision du projet qu’elle classe, dans l’attente de sa reprise, en seconde priorité quel que soit le scénario financier considéré. » Le projet d’aéroport condamné au train-train des incertitudes.

Si le principe du tram-train s’impose, ça tombe rudement bien : en 2007, la commission d’enquête publique a acté sa mise en service dès l’ouverture de l’aéroport. Problème : les 561 millions du coût officiel de NDL n’ont jamais compté le tram train, estimé à environ 150 millions d’euros, hors exploitation. Soit 27 % de dépassement... De là à invalider la déclaration d’utilité publique... DUP et dupes, faut pas confondre.

Aurèle Way

* Ouest-France, le 23 mars 2013.

Lu 429 fois













La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN @antonytorzec @MSpeacefully Lulu s'excuse de répondre en retard. Il avait jokari.
Jeudi 20 Juillet - 00:13