La lettre à Lulu
Lulu 66 - novembre 2009

Kaki de conscience. La Baule, enclave françafricaine


Le big boss du Cameroun a honoré le remblai de sa présence. Les seconds couteaux du VIPisme en frétillent encore.


Kaki de conscience. La Baule, enclave françafricaine
Fréquenter un président, grand ami de la France, c'est émouvant. Surtout quand Paul Biya vient d'être médaillé de la ville par le bourgmestre baulois. Dans son journal La Baule +, Yannick Urrien parle de lui-même à la troisième personne : «Avec le président Paul Biya, Yannick Urrien a évoqué Jacques Foccart, décédé en 1997, qu'ils ont tous les deux connus : “Foccart a fait beaucoup pour assurer la stabilité de l'Afrique”, a confié le président camerounais». Foccart, l'homme fort de la Françafrique et des réseaux du bizness néocolonial, voilà un personnage recommandable. Pour la période plus récente, on ne rappellera pas les corps flottant sur le fleuve Wouri ou abandonnés dans la brousse, la ligne de téléphone dédiés aux dénonciations, les arrestations qui suivaient, avant détention, torture et disparitions, sans la moindre procédure judiciaire. On ne parlera pas non plus du sinistre « Commandement Opérationnel », composé de militaires, gendarmes et flics, ni des assassinats sommaires perpétrés contre des civils innocents entre 2000 et 2001*. On préfèrera parler du bon vieux temps : le maire de La Baule, Yves Métaireau rappelle que le Cameroun, il connaît : il y était lors du coup d'Etat en 1984 qui a maintenu Biya en place. «Là-bas, je vendais des véhicules tout terrain pour la société Acmat**. Des véhicules très appréciés parce qu'ils sont robustes et solides, ce qui convient parfaitement à cette région d'Afrique». Il oublie de dire que ces camions s'intégraient parfaitement dans les accords de la Françafrique, Acmat fabriquant des véhicules militaires, notamment des VLRA (véhicule léger de reconnaissance et d'appui, dans le jargon bidasse) : quelque 450 unités ont été vendues au Cameroun. Du commerce pour soutenir le régime fort de Biya, célèbre pour son contrôle de la presse et ses violations des droits de l'homme régulièrement dénoncés par Amnesty International. Sans parler de la répression par balles des manifestations de 2007 : 40 morts selon le pouvoir, une centaine selon les ONG. Bwana Métaireau est vraiment tout terrain.

François-Xavier Aftershave


* Un film de la réalisatrice camerounaise Oswalde Lewat, Une affaire de nègres  s'en charge, présenté le 12 novembre à St-Malo-de-Guersac,
proposé parc l'association Survie
** Ateliers de construction
mécanique de l'Atlantique, repris par Renault Trucks en 2006, toujours basé à Saint-Nazaire

Lu 341 fois













La Lettre à Lulu : Lu dans Le Canard. Lulu aussi est assez fan de Pascal Praud....https://t.co/LAJPWsoNq1 https://t.co/YUqAxhraDc
Jeudi 16 Novembre - 14:12
La Lettre à Lulu : RT @radio_cayenne: @karacole__ @MegaCombi @Nantes_Revoltee @laderivenantes @Klaxon_Radio @KlaxonRadio @laCGT44 @ZAD_NDDL @solidaires44 @Fro…
Jeudi 16 Novembre - 10:34
La Lettre à Lulu : Dans son numéro 93 (juillet 2016), La Lettre à Lulu rendait hommage à Marcel Zang en publiant "Le cafard", une fabl… https://t.co/zI2uiLUfdC
Mercredi 15 Novembre - 19:43
La Lettre à Lulu : Slogans vite effacés des murs pendant les manifs du printemps 2016, mais immortalisés dans Lulu 93 (juillet 2016)… https://t.co/nz5r5XMVW6
Mercredi 15 Novembre - 19:42
La Lettre à Lulu : RT @LeRavijournal: Sélection ? Privatisation ? Démocratisation ? Politisation ? Fac en fusion ! Cf le nouveau Ravi ! https://t.co/6jBtWRQls…
Vendredi 3 Novembre - 18:46