La lettre à Lulu
Lulu 52 avril 2006

L'étroit coup. La parade à Avignon



Le théâtre d'aujourd'hui étant imbitable, l'adjoint à la culture préconise un festival sans bite ni table, juste pour rire.


L'étroit coup. La parade à Avignon
Tout seul comme un grand, l’adjoint à la culture Yannick Guin a eu une belle idée. Le festival d'Avignon ayant montré ses limites, il va réinventer à Nantes un festival de théâtre digne de ce nom. En novembre dernier, il s'est fendu d'une belle lettre à une vingtaine de structures et compagnies nantaises. Un article sur Avignon est versé à l'appui de la démonstration, mais sans dire que c'est un papier du Figaro. Citer un journal réac pour un socialiste qui fut jadis historien de la classe ouvrière, ça la fiche mal. Pour Guin, ce festival est frappé par «i[l'émiettement et la pléthore de petits spectacles [qui] rendent par ailleurs illisibles discours et sens]i». Il a la parade à cette panade d'Avignon : «Il y a, peut-être pour peu de temps, une fenêtre ouverte sur la possibilité d'une manifestation d'importance annuelle ou bi-annuelle, en tout début d'été, qui viserait à rassembler à Nantes des spectateurs, et notamment des jeunes venus de France et de divers pays d'Europe». Il est donc temps de redonner du sens au théâtre par un festival brassant «les problèmes fondamentaux de la Culture, de la Cité et plus encore de l'Éthique », avec force majuscules pour montrer qu'on n'est pas des minus.

Il faut, selon l'élu, mettre l'accent sur la «communauté de destin» de l'Europe, son «marché commun culturel» et son «espace indivis (…) lourd des aventures de l'humanisme et de la raison (…) façonné par les lettres, la poésie, le roman, la musique, les sciences, les idées politiques, la philosophie». La présentation qui sent ses années cinquante. Et hormis La Folle Journée, Royal de Luxe, le Lieu unique, la MCLA et le TU, seuls à trouver grâce aux yeux (pas un mot sur le festival des Trois Continents), Nantes «n'a pas effectué le saut qualitatif qui lui permettrait de s'imposer comme une ville à grand rayonnement intellectuel». Pas de demi-mesure, il s'agit de «focaliser les esprits sur ce qui est décelable dans la culture européenne du passé et du présent comme apport de civilisation», et ce autour de grandes idées comme «le pouvoir», «la révolte de l'individu » ou « comment être artiste après Auschwitz?», voire «comment expliquer la fascination de nombre d'artistes philosophes et scientifiques pour les totalitarismes européens ?». On sent déjà vibrer les foules. Visionnaire, Guin affiche son objectif : «conquérir et reconquérir des publics», notamment les «spectateurs qui éprouvent de grosses difficultés à l'heure actuelle à saisir le sens du théâtre d'aujourd'hui». Dénonçant le
«trop plein de vide» contemporain, Guin désigne les fausses pistes : «dieux du stade, distractions abrutissantes, désir de se fondre dans la masse des grands rassemblements, tentations communautaristes, et, pourrions-nous ajouter, fuite dans les paradis artificiels». On notera au passage une sévère critique contre les éléphants roses.

Le meilleur pour la fin :
«Évidemment, nous n'avons pas beaucoup de marge de manœuvre financière pour nous engager dans un projet de telle ambition. C'est pourquoi il faudra développer un très fort esprit fédératif, de telle sorte que chaque structure financée par la Ville, et appuyée la plupart du temps par le Département et la Région, procède à quelques réorientations et mobilise sur ses fonds des moyens financiers». Autant dire que les responsables culturels sommés de se réorienter pour une si bonne cause, et surtout enjoints à cracher au bassinet, ont réservé un accueil des plus froids à ce projet mirifique. Ces cultureux, sont si frileux. Vivement un bon réchauffement de la planète.

Lu 4884 fois













La Lettre à Lulu : Lu dans Le Canard. Lulu aussi est assez fan de Pascal Praud....https://t.co/LAJPWsoNq1 https://t.co/YUqAxhraDc
Jeudi 16 Novembre - 14:12
La Lettre à Lulu : RT @radio_cayenne: @karacole__ @MegaCombi @Nantes_Revoltee @laderivenantes @Klaxon_Radio @KlaxonRadio @laCGT44 @ZAD_NDDL @solidaires44 @Fro…
Jeudi 16 Novembre - 10:34
La Lettre à Lulu : Dans son numéro 93 (juillet 2016), La Lettre à Lulu rendait hommage à Marcel Zang en publiant "Le cafard", une fabl… https://t.co/zI2uiLUfdC
Mercredi 15 Novembre - 19:43
La Lettre à Lulu : Slogans vite effacés des murs pendant les manifs du printemps 2016, mais immortalisés dans Lulu 93 (juillet 2016)… https://t.co/nz5r5XMVW6
Mercredi 15 Novembre - 19:42
La Lettre à Lulu : RT @LeRavijournal: Sélection ? Privatisation ? Démocratisation ? Politisation ? Fac en fusion ! Cf le nouveau Ravi ! https://t.co/6jBtWRQls…
Vendredi 3 Novembre - 18:46