La lettre à Lulu
Lulu N° 80 - mai 2013

LATULULULU ?



Infréquentable ouverte


Place publique n°38

Étonnante citation de Thierry Guidet dans le dernier numéro de Place publique. Son bloc-notes fait référence à Carl Schmitt, qu’il qualifie de « très infréquentable, mais très stimulant » sans qu’on sache très bien ce qui stimule quoi. Carl Schmitt fut un éminent philosophe et juriste dont on ne sait plus si on doit retenir son éminence ou le fait qu’il se voulait le juriste officiel du IIIe Reich. Certains séparent soigneusement le nazi (engagé en 1933) du penseur théorique, et débattent pour savoir s’il était philosophe ou nazi, ou philosophe et nazi. La citation « Li[a distinction spécifique du politique [...], c’est la discrimination de l’ami et de l’ennemi ]i», est tirée de La notion de politique (1932), éditée depuis en France « par Calmann-Lévy, pas tout à fait des nazis... note Guidet, sollicité par Lulu. J’ai tenu tout de même à faire une allusion au passé du "très infréquentable" Carl Schmitt. Mais faudrait-il, pour les mêmes raisons, s’abstenir à tout jamais de citer Heidegger ou Marx parce que Staline et Mao ? Ou Augustin parce que l’Inquisition ? Ce qui me paraît détestable, c’est la pensée analogique : Schmitt a écrit des choses condamnables surtout en 1933 et 1934 (les Alliés ont toutefois conclu leur enquête par un non-lieu après la guerre), donc toute son œuvre est à jeter et il n’y a aucun bénéfice à en tirer... » Dans Place Publique, ce qui est plus troublant, c’est que la citation tombe en page 88. Un chiffre codé, signe de reconnaissance et de connivence, chez les néo nazis, usant d’un code crypté, chaque numéro correspondant à la lettre de ce rang dans l’alphabet. 88 est donc HH, soit « Heil Hitler ». Mais à ce jeu-là, il faudrait aussi interdire aux revues d’avoir une page 69 pour ne pas exciter les ligues de vertus, et bannir les pages 666 pour ne pas froisser les associations d’antisatanistes anonymes.


Normal, immolé

AFP, le 14 février 2013
Quand un chômeur à qui on a rejeté la demande d’indemnisation s’immole par le feu, ça fait dire au directeur départemental de la police Philippe Cussac que c’était « une personne tout à fait banale, normale avec une vie normale dans un quartier normal », soulignait encore le numéro 1 de la maison poulaga. Normal, pour un flic, ça veut dire jamais repéré, jamais fiché, ni comme déviant, ni comme délinquant ou éventuel fauteur de troubles. Vivement une police des potentialités.

Beurk, et rebeurk

Ouest-France, le 12 mars 2013

Ce jour-là, ouvrir le journal comportait un risque de se gerber sur les arpions.
Première nausée page 6 : à Vannes, une ménagère découvre un gant en plastoc dans une boîte de haricots verts Super U. Une « erreur », plaide monsieur U, « sans doute au Kenya, où nous nous approvisionnons notamment. » Sympa de savoir que l’enseigne n’est même pas sûre d’où viennent ses foutus haricots en conserve.

Page 7, deuxième haut-le-cœur. À Nantes, un scarabée sans tête trouvé dans une boîte de petit pois acheté au centre Leclerc d’Atlantis qui conseille une « mise en relation avec notre service qualité qui ouvrira, à partir du numéro du lot, une enquête auprès du fournisseur. Après investigation, si le problème se confirme, elle (la mère de famille) sera indemnisée comme le prévoit notre charte client ». Mais si le scarabée décapité retrouve sa tête sous un petit pois, on rembourse quand même ?

Euh rhô finss

Libération, le 16 février 2013

Sauveur de la traçabilité, Zorro du sanitaire, Eurofins a un peu de plomb dans l’aile. Ou dans l’eau. Les analyses de l’eau potable ne sont pas très fiables, dévoile le quotidien Libération. Les retards dans les transferts aux labos, transports non frigorifiés, à l’autre bout de la France, tout ça laisse planer des doutes aux services de l’administration sur le sérieux des analyses qu’ils commandent à ce leader européen. Faut dire qu’en rachetant le réseau de contrôle de l’eau de l’Institut Pasteur de Lille, Eurofins a dû gérer les dettes. Rentabiliser, reconcentrer, spécialiser ses labos. Faire du fric, bon sang.
Stop ! Révoltons-nous contre ces dénigrements doublés d’une basse offensive anti-attractivité nantaise et ses fringants fleurons économiques. Heureusement qu’Eurofins a fui avant, devenant un fleuron fiscal luxembourgeois*. Vive le Luxembourg libre et non faussé.

* Nantes humiliée par un renifleur de picrate Lulu n° 76, mai 2012.

Lu 46 fois













La Lettre à Lulu : Lu dans Le Canard. Lulu aussi est assez fan de Pascal Praud....https://t.co/LAJPWsoNq1 https://t.co/YUqAxhraDc
Jeudi 16 Novembre - 14:12
La Lettre à Lulu : RT @radio_cayenne: @karacole__ @MegaCombi @Nantes_Revoltee @laderivenantes @Klaxon_Radio @KlaxonRadio @laCGT44 @ZAD_NDDL @solidaires44 @Fro…
Jeudi 16 Novembre - 10:34
La Lettre à Lulu : Dans son numéro 93 (juillet 2016), La Lettre à Lulu rendait hommage à Marcel Zang en publiant "Le cafard", une fabl… https://t.co/zI2uiLUfdC
Mercredi 15 Novembre - 19:43
La Lettre à Lulu : Slogans vite effacés des murs pendant les manifs du printemps 2016, mais immortalisés dans Lulu 93 (juillet 2016)… https://t.co/nz5r5XMVW6
Mercredi 15 Novembre - 19:42
La Lettre à Lulu : RT @LeRavijournal: Sélection ? Privatisation ? Démocratisation ? Politisation ? Fac en fusion ! Cf le nouveau Ravi ! https://t.co/6jBtWRQls…
Vendredi 3 Novembre - 18:46