La lettre à Lulu
Lulu 58 - décembre 2007

La digue du culotté.


Drucker ( et son barnum ) ont honoré Nantes de sa vraie gentillesse.
Il faudra du temps pour s'en remettre.


La digue du culotté.
Michel Drucker à Nantes fin novembre pour investir le château de Ducs avec ses 20 remorques de camion et ses 250 techniciens. Tout ça pour monter le chapiteau, le décor et la technique de l'émission Tenue de soirée. Il faut lire Ouest-France pour découvrir que ce type "respire la vraie gentillesse", et pas la fausse. Ayant un peu peur du ridicule, l'auteur tente de désamorcer les objections : "Cette gentillesse décriée avec un cynisme condescendant par quelques brillants penseurs, naviguant entre aigreur et jalousie". Deux pages plus loin, nouvel éloge du briscard de la télé qui a eu "l'instinct" de lancer "une grande émission de divertissement, en direct et en province, c'était un peu culotté en ces temps de formatage forcené". Du prime time de rebelle. Le conformisme et le formatage n'ont qu'à bien se tenir. Il fallait que ce fut dit. D'autant que ça a permis d'entendre Brigitte Ayrault et les élus (un groupe local) entonner "De Nantes à Montaigu, la digue du cul". Le prime time, c'est sacré. Pour avoir la paix, la régie de Drucker avait pourtant obtenu qu'aucun avion ne survole la ville le temps de l'émission, qu'aucune sirène de police ou de pompiers ne vienne troubler les alentours. Des salopiots d'étudiants ont brisé ce pacte avec le respect silencieux des temps d'applaudissements. On les a refoulés. On ne mélange pas les stars et les pétards. Pas question d'admettre que ce sont les étudiants qui se manifestent. Jugnot est le seul à suggérer qu'"il doit bien y avoir une fac occupée dans le coin". Drucker ne relève surtout pas. Malgré les clameurs, Drucker enchaîne imperturbable : "Ce sont les fans de Johnny qui raccompagnent leur idole". The show must go on et prend ses désirs pour des réalités. Drucker truqueur.

Mais Nantes ne peut pas rester à côté des autres rendez-vous culottés avec la télé. Nouvelle lubie de la communication nantaise : accueillir l'élection de Miss France. Il paraît que Geneviève de Fontenay n'attend que la réponse d'Ayrault. Mais avant d'évoquer le budget d'un tel accueil et le coût pour les contribuables nantais, une page de publicité.
Mickael Kerpissedru

Lu 1369 fois













La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01