La lettre à Lulu
Lulu 82-83 - décembre 2013

Latulululu ?



En vouloir
Ouest-France, le 2 août 2013
Deux frères visés dans un guet-apens à Vigneux. L’un est blessé, l’autre mort. « Tué d’une rafale d’arme de guerre. » Le titre claque comme les sept balles dans le dos qui l’ont descendu. Le rescapé des deux avait déjà été blessé un an plus tôt, sa BMW criblée de balles. Commentaire implacable : « De toute évidence, quelqu’un lui en veut terriblement ». C’est très exagéré. C’est sûrement un simple malentendu.

Zombie futé

Presse-Océan, le 29 octobre 2013
La police n’a peur de rien, même pas des morts vivants. Et elle veille sur les transports en commun où pourraient se glisser des créatures exsangues. Dans les bus et les trams, les « déploiements policiers se sont succédés en octobre », sachant que « lors de ces opérations, un policier prend parfois place au PC de sécurité de la Tan », notamment « lors de la zombie walk ». Mais qui protège la police d’une contagion ? La validité d’un procès verbal est déclarée douteuse s’il est effectué par un fonctionnaire en état de mort cérébrale avancée, errant sans but apparent, les bras horizontaux.

Délit de ticheurte

Politis, le 26 septembre 2013
La stratégie est vieille comme la Sarkozie et les sommets du G8. Surtout pas d’image de confrontation avec des opposants. La police veille à tenir à distance les pas contents. Ces trublions potentiels sont repérés, neutralisés, évacués même s’ils sont inoffensifs. Le 6  septembre, le ministre premier Ayrault Jean-Marc va inaugurer la foire de Strasbourg. Avant l’entrée dans l’enceinte privée de cette foire, un groupe d’opposants au projet d’aéroport à NDL se fait refouler manu policiari. Un seul réussit à passer en maille. Pas longtemps. Il s’est fait reconduire sous bonne garde par deux flics qui l’avaient pisté. Son tort : avoir sous son polo un T shirt disant non aux avions à ND des Landes. Retenu deux heures par la flicaille qui lui dit que la vérification d’une identité permet de retenir toute personne pendant quatre heures. Argument bidon. Il n’y avait aucun doute sur son identité, qu’il a donnée tout de suite. Bravo. Quelle image désastreuse ces braves fonctionnaires ont épargné au Premier en chef. Qu’on les décore ! Fanfares, honneurs, trompettes !

Nom d’empreinte
Ouest-France, le 3 juin 2013
Le titre claque comme une giclée d’acide désoxyribonucléique : « Le risque d’erreurs des tests ADN va être réduit ». Ah bon ? On croyait que c’était infaillible, cet ADN. La preuve sans appel... Finalement non, les agents qui manipulent ces empreintes peuvent saloper le boulot, balancer un postillon au passage et mêler leur bave à en faire une empreinte ADN bâtarde, mêlant l’échantillon visé et l’identité du préposé à l’analyse. On nous a fait gober au début que ça ne servirait qu’à tracer et traquer les délinquants sexuels. Puis les prisonniers y sont passés et maintenant n’importe quel contrevenant à un petit bout de l’ordre établi. À la fin de l’article, un certain Frédéric Dupuch, directeur de l’Institut national de la police scientifique, lâche que pour éviter les erreurs, autant avoir les références des intermédiaires : « Et pourquoi ne pas typer les pompiers, les magistrats... Ce serait gigantesque ». Il oublie les flics. Pour être vraiment sûr, il faudrait leur empreinte génétique dès la naissance. Gigantesque ?

Première ligne bloqué(e)
Ouest-France, le 4 juin 2013
Pataquès dans le tram le 24 mai pour la desserte du stade de La Beaujoire où se jouait Toulon-Toulouse dans le top 14 de rugby. La Tan n’avait pas prévu autant de supporters. Les trams étaient bondés, tout le monde bloqué. Le trajet, normalement de 20  minutes quand le chauffeur est en forme, dure cette fois une heure et quart. Sans la moindre information du public sur le délai d’attente envisageable, les raisons du couac ou l’âge du président de l’amicale des retardataires communément transportés. Piteux, le directeur de la Tan explique dix jours plus tard que les organisateurs ne l’ont pas contacté, que les supporteurs, ces imbéciles, n’ont pas pris le car et qu’en plus, un accident a plombé le trafic. En concluant d’un joli « On essayera de faire mieux la prochaine fois ». Petit joueur. Il aurait pu essayer tout de suite d’accuser l’altitude, la forme bizarre du ballon, la météo pourrie et demander à virer l’entraîneur...

Kini topless
Presse-Océan, le 27 août 2013
Le gars est nettoyeur de parcs ou plus exactement « gardien de la propreté ». Il raconte son quotidien : ramasser les papiers gras, renseigner les gens, engueuler un peu les mômes, « mais rien de bien méchant ». Il a des missions plus importantes. « Le plus amusant est arrivé l’autre jour. Une femme faisait du monokini. Je lui ai donc gentiment dit de faire ce qu’il fallait. ». On n’en saura pas plus. Aller se rhabiller ? Se faire cuire un œuf ? Enlever le bas ? Se voiler la face ? Adopter le kiniqab ?

Le diable dans les détails
Ouest-France, le 18 juin 2013
À quelques jours du barouf du Hellfest, qui s’annonce toujours un peu addict au décibel hardcore donc passablement bruyant selon les critères des bruyantologues éminents, une riveraine témoigne. Elle est tout sourire avec ses deux filles en photo: « On évitera de laisser les fenêtres ouvertes... et on montera le son de la télévision », dit-elle, amusée. Entre autres programmes TV relaxants du week-end : les 24 heures du Mans ! À fond.

Jeunisme
Ouest-France, le 23 juillet 2013
Ardent militant du mondialisme papiste, Ouest-France n’hésite pas à informer au-delà du minimum. Pour les JMJ, on saura tout avant, pendant et après. Et pendant les journées mondiales des béats du bénitier, Morgane y va de son témoignage. Le Brésil, c’est merveilleux. On tutoie la misère. On peut même la toucher. Parfois, le gueux est même sympa : « Les gens vivent dans une extrême pauvreté mais malgré tout, il nous ont accueillis avec une chaleur indescriptible » (Normal, il fait 33° Celsius et 50 000 vaches brésiliennes viennent juste de crever de sécheresse...) Et puis un autre jour, dans une favela de Bahia, contraste : « Même si on nous a demandé de cacher nos bijoux, nous n’avons jamais eu peur, car les encadrants brésiliens font extrêmement attention à nous ». Quand c’est pas le pauvre,
c’est le vigile qui est sympa. Alléluia !

Sauvagerie
Presse-Océan, le 2 juillet 2013
Selon le sénateur UMP André Trillard, le secteur de Notre-Dame-des-Landes laisse à la population le « sentiment d’être abandonné dans un territoire de sauvagerie ». Bigre ! Normal que le seigneur de Saint-Gildas des Bois s’intéresse au sauvage que l’étymologie fait remonter au bas-latin salvaticus, du latin classique silvaticus, lui-même dérivé de silva, forêt. À moins que Trillard ne songe à implanter un zoo.

Lu 74 fois













La Lettre à Lulu : @ValKphotos @CQFDjournal @JefKlakRevue @Reporterre @Bastamag @acrimed_info lulu solidaire
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : @ValKphotos on a cosigné.
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: Serieux?! C'est quoi que l'État pige pas dans #IndyMedia? indy (indépendant) + media (média) = liberté de la presse! https:…
Vendredi 29 Septembre - 10:04
La Lettre à Lulu : Retailleau ne cumule plus. Explication par @rayclid #retailleau #senateur #Senat #cumuldesmandats https://t.co/bAFUgJe2h4
Jeudi 28 Septembre - 12:59
La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47