La lettre à Lulu
n°11/12-été

Latulululu ?



<B>Saine camaraderie </B>
<I>Le Figaro, 9 mai 97</I>
Piqué avec délectation dans Le Figaro pendant la campagne des législatives, ce mot doux de Philippe Mestre, patron de l’UDF en Vendée, à propos de l’agité du bocage : "Philippe est un fasciste. Son parti est d’extrême droite, et ses méthodes sont fascistes. Il coupe les subventions aux élus qui ne sont pas d’accord avec lui. Il fait régner la peur. C’est tu es avec moi ou je te tue." Si c’est lui qui le dit…


<B>Cessation d’activité </B>
<I>Courrier de Paimbœuf, 30 mai 97</I>
Picoré dans la rubrique "divers" des petites annonces : "La personne qui a été vue crever des roues de remorque à La Pordaie à St-Viaud est priée de cesser cette activité sous peine de poursuites." Si ça suffit pas, on colle une caméra derrière chaque rustine.


<B>La notoriété zéro du Vicomte</B>
<I>Pèlerin Magazine, juin 97</I>
Dangereux journal lèse-Neuneu, Pèlerin Magazine publie en juin un sondage Sofres sur huit célébrités de Vendée. Il en ressort qu’un Vendéen sur cent ne connaît pas Philippe de Villiers. Si vous connaissez un de ces un pour cent, prévenez les services du Département, que ce salaud soit illico reconduit à la frontière. Dans le domaine économique, si le journal catho vénère le "miracle vendéen", ce miracle n’a pas l’air de convaincre les sondés : 76 % se déclarent insatisfaits, question création d’emplois. Vendée, terre d’ingrats.


<B>Les maroquins virtuels de Jean-Marc</B>
<I>L’Événement du jeudi, 15-21 mai 97</I>
Jean-Marc Ayrault n’aura jamais été autant ministre qu’avant la victoire de la gauche aux législatives. Durant la campagne, la presse nationale qui visiblement ignorait sa mise en examen rédhibitoire pour Jospin, l’a successivement nommé aux Transports, à la Ville, à l’Aménagement du territoire ou à l’Équipement... La palme de la voyance revient à l’EDJ qui a bombardé JMA ministre d’État, ministre de la Défense. De la défense d’être ministre, peut-être ?


<B>Pas de culture pour les ennemis de la culture ! </B>
<I>Presse-Océan, 16 juin 97</I>
Le "provocateur-en-chef" Jean Blaise dresse le bilan de Trafics en quelques "pensées" tranchantes comme au beau temps de la loi des suspects : "C’est une culture qui dérange les vrais réactionnaires et les réactionnaires qui se disent de gauche !" Les ci-devant qui oseront critiquer son œuvre de salut public savent désormais quelle sentence ils encourent.


<B>Leenhardt fait la réclame de Blaise</B>
<I>Talents 44, juin 97</I>
Quelques jours avant Trafics, l’ancien patron du développement culturel de la Ville de Nantes, Pierre Leenhardt a déclaré, dans un entretien au magazine nantais : "Je me dis que le rêve de Jean Blaise, c’est d’être à l’action culturelle ce qu’André Breton fut à la littérature, et que son drame, c’est que ses dons le rapprochent plutôt d’un Séguéla." Venant d’un membre du jury qui a recruté Blaise en 82, l’amabilité n’en est que plus touchante.


<B>La virée tragique et l’abrutie brutale</B>
<I>Marianne, 23 juin 97</I>
Interrogée par l’hebdo de Jean-François Kahn, Élisabeth Hubert explique sa Bérézina. "Mon adversaire, une femme, avait un argument brutal et radical. Elle disait : "Elle a été virée du gouvernement Juppé, elle a été battue aux municipales" (…) Le pire, c’est que ce n’est pas l’immense compétence de mon adversaire qui a été la raison de sa victoire. En fait, c’est cela qui m’a le plus blessée : c’est toujours humiliant d’être battue par une abrutie." Les femmes aiment s’habiller : Babeth a pris une veste, Marie-Françoise a son costard pour l’hiver.


<B>Le tableau noir du jumelage </B>
<I>Le Magazine de la ville de St-Herblain, juin-juillet 97</I>
Le journal municipal est très fier de se féliciter des congratulations qu’il se décerne à l’occasion des dix ans du jumelage St-Herblain-N’Diaganiao, au Sénégal. Mais le de l’opposition de mot gauche détonne un peu avec cette autoglorification. Les élus d’"Ensemble St-Herblain Autrement" sont revenus de N’Diaganiao "tristes du rôle caritatif paternaliste qu’y joue notre municipalité", après le véritable ghetto doré pour Blancs", ajoutant : séjour dans un "hôtel, "les 2 piscines et la végétation luxuriante (irrigation !) du domaine où nous étions hébergés sont une insulte aux habitants de N’Diaganiao qui ne disposent pour l’instant que d’un seul château d’eau (construit grâce à St-Herblain), mais dont l’eau est tellement fluorée qu’elle est impropre à l’arrosage…" Jumelage, terre de tristes contrastes.

Lu 3094 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03