La lettre à Lulu
Lulu 49 été 2005

Low cost. L’express-purée


Mercenaires du jobénévole, les élèves de Sup de Co se font rédacteurs amateurs et démarcheurs gratos. Très tendance.


Low cost. L’express-purée
Hebdo futé, L’Express fait faire ses suppléments régionaux par des bénévoles. Le 14 mars, l’édition des Pays de la Loire est dotée d’un encart régional de 16 pages mouliné par des apprentis patrons, pardon par les managers de demain, formés par Sup de Co, alias Audencia. Une belle purée. Les voilà transformés en journalistes d’occasion, en propagandistes temporaires, en commerciaux d’un coup et en crieurs de journaux pour pas un rond. Une sorte de prodige entrepreneurial, confiant la réalisation de A à Z des nouveaux produits de presse aux futurs dirigeants d’entreprise. Des acteurs en harmonie avec le cœur de cible des lecteurs CSP + visés par l’hebdo.

Pour un peu, ces étudiants de luxe (pour qui papa et maman déboursent 18 300 euros, rien qu’en frais de scolarité pour leurs cursus de trois ans) pourraient faire passer leur élan bénévole pour un geste humanitaire. Car la presse va mal. L’élite économique en formation donne de sa personne pour aider le secteur en difficulté. Comme ils ont le sens de la blague, ces futurs adhérents du Medef ont appelé leurs travaux pratiques «entreprise à durée déterminée». Sans contrat. Mais c’est beau de s’acclimater à des notions de souplesse, de flexibilité, qu’ils appliqueront bientôt comme rouages actifs du capitalisme post-moderne.

L’esprit win win

L’idée de L’Express est géniale. Une compétition met en concurrence une dizaine d’écoles de bizness et d’études politiques. Voilà pour aiguillonner les bénévoles. Et puis c’est la préfiguration du monde de l’économie de marché, où ils joueront bientôt des coudes pour s’affirmer, piquer des parts de marché, écraser la concurrence et leurs rivaux dans l’entreprise. Pendant six mois, une dizaine d’étudiants mène l’enquête, rédige les articles du supplément, et démarche la pub dont toute la recette est rétrocédée à L’Express. Le concours fixe 15 000 euros de recettes d’encarts pub. Les Nantais d’Audencia ont rempli l’objectif à 90 %. Cet échange main-d’œuvre et chiffre d’affaire contre expérience de terrain, est qualifié de «gagnant-gagnant» par Jean Guillemot, le prof encadrant. L’opération a fait gagner 13 500 euros de pub et dopé les ventes à 5545 exemplaires. D’ordinaire L’Express n’en vend que 800 à Nantes. Le magazine s’est offert pour pas un sou une «force de vente» de 150 étudiants. Pendant une semaine, ils ont arpenté le pavé devant les kiosques pour vanter et vendre le magazine. L’équipe des dix de base a trouvé un sponsor, la banque Tarneaud, obscure filiale du Crédit du Nord, en mal de notoriété auprès de clients au si fort potentiel. La banque a fourni tee-shirts et casquettes pour transformer en hommes sandwiches l’escouade de vendeurs à la criée. Pour motiver un peu plus cette main-d’œuvre gratuite, on les a mis en compétition, comme dans leurs futures entreprises, et les meilleurs ont écopé de cadeaux, gadgets pour bobos, e-pod à musique portative et ordis portables. L’Express a réduit ses débours à 1000 euros pour défrayer ses impayables employés, conviés à un jour de formation éclair aux rudiments du journalisme, du démarchage pub et de la promotion des ventes, stage météore effectué au siège du journal à Paris. Mais ça n’a pas suffi ; les étudiants d’Audencia Nantes sont arrivés dans les choux au palmarès. Ils n’ont décroché aucun prix, ni celui de la meilleure enquête, ni de la meilleure une, ni de la coordination. Sans approcher non plus de la performance («époustouflante» selon les dirigeants du magazine, aux anges) de l’IEP Aix-en-Provence qui a explosé le compteur en livrant à la régie de L’Express un résultat à 175 % de l’objectif financier fixé*, soit plus de 26 000 euros sans que les commerciaux maison n’aient eu à lever le petit doigt. Un rêve. Les dix membres de l’équipe classée en tête gagnent «des stages longue durée à l’Express et M6». Alléchant ! Tu bosses pour rien et tu gagnes un stage. Quelle belle idée de l’abnégation au travail et de l’engagement. Veuillez agréer l’express de nos sentiments distingués.

* L’Express, le 9 mai 2005.

Lu 2416 fois













La Lettre à Lulu : @ValKphotos @CQFDjournal @JefKlakRevue @Reporterre @Bastamag @acrimed_info lulu solidaire
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : @ValKphotos on a cosigné.
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: Serieux?! C'est quoi que l'État pige pas dans #IndyMedia? indy (indépendant) + media (média) = liberté de la presse! https:…
Vendredi 29 Septembre - 10:04
La Lettre à Lulu : Retailleau ne cumule plus. Explication par @rayclid #retailleau #senateur #Senat #cumuldesmandats https://t.co/bAFUgJe2h4
Jeudi 28 Septembre - 12:59
La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47