La lettre à Lulu
n°18/19-été

Millénarisme. La droite la plus nantaise du monde


«L’alliance» UDF-RPR a mis au point une stratégie d’enfer pour reconduire Ayrault à la mairie en 2001. Le scénario qui tue, une sorte de mythe de Sisyphe version manga.


Millénarisme. La droite la plus nantaise du monde
Incapable de remonter la pente électorale depuis qu’elle a perdu la mairie, l’opposition profite de sa relative embellie des régionales pour se refaire la façade d’ici la fin du deuxième jean-marcat. En commençant par passer Elisabeth Hubert au vitriol, histoire de changer de trombine, par exemple pour celle de l’UDF Jean-Luc Harrousseau. «Pas question de désigner un leader aujourd’hui» déclare «le nouveau chef de file de l’opposition municipale*» qui laisse ses petits camarades s’occuper du sale boulot : «Nous n’avons pas vocation à perdre tout le temps aux élections municipales à Nantes (...) Elisabeth Hubert a tenté sa chance aux dernières élections, cela s’est traduit par un échec cuisant. Nous sommes obligés de dire qu’il faut tourner la page**» claironne Jean-Pierre Bazin, officiellement «compagnon» RPR de Babeth.

Les homériques négociations en vue des régionales ont au moins mis tout le monde d’accord sur un point : pas question de prendre Hubert sur la liste, d’autant plus qu’on la sait intéressée par la Région, la seule élection gagnable à coup sûr pour la droite. «L’emmerdeuse», comme l’appellait Guichard, est priée d’aller voir ailleurs si Chirac n’y est pas, tandis qu’un «club des six» verrouille toutes les composantes de la droite, Papon, Brisset et Harrousseau pour l’UDF, le RPR avec Bazin sans oublier les indispensables CNI Du Roscoät et villiériste Chéreau, chargés de ratisser le plus à droite possible. Bref, tous ceux qui doivent leurs sièges à la liste Hubert en 95, mais sans Hubert. Une petite humiliation destinée à bien faire comprendre au microcosme militant et patronal qui commande désormais à droite.

K.O. debout en 95, emportée par la vague rose en 97, Babeth bouge encore. Réfugiée avec un dernier carré de fidèles dans un placard derrière la place Royale, Babeth fait contre mauvaise fortune bon cœur : «Ce sont des has-been en total décalage avec les électeurs». L’ex-jupette se «sent libre», payée pour savoir qu’en trois ans les conjurés auront eu le temps de s’entredévorer. Le RPR parisien, après lui avoir désespérément cherché un pied-à-terre électoral loin de Nantes, lui refilerait bien un lot de consolation propre à la calmer. Et l’on murmure qu’en septembre, les sénatoriales venues... Des promesses qui tiendront bien l’été.

Millénarisme. La droite la plus nantaise du monde
Eternel perdant des législatives face à Ayrault, Jean-Luc Harrousseau joue quitte ou double. Pas du genre partageur, le RPR ne lui cèdera la place que s’il sent le coup perdu d’avance. D’autant plus que l’UDF ressemble furieusement au Titanic (après le naufrage). «C’est une coquille vide : ses adhérents ne sont plus jamais consultés», raconte un militant désabusé. «Monique Papon était prête à tout pour sauver son fauteuil au Conseil général après sa défaite des législatives. Elle aurait mieux fait de prendre sa retraite...» Avec vingt ans de vie publique au compteur, dame Papon serait-elle en seconde position derrière damoiselle Hubert sur la liste noire de ces messieurs ?

«Ça va être dur», gémit un autre militant. «Harrousseau est un dilettante qui n’a jamais ouvert un seul dossier, ni à la Ville, ni à la Région... Il n’a qu’une idée, quitter les terres d’Ayrault pour reprendre à Marie-Françoise Clergeau "la circonscription" d’Hubert perdue en 97.»

Les méchantes langues ajoutent que Jean-Marc verrait d’un bon œil une candidature Harrousseau en 2001. Lequel devra ramer sec pour remobiliser son électorat face à un maire omnipotent et qui surtout n’effraie plus le bourgeois nantais. Perclue de haines définitives, sans projet alternatif, la droite nantaise se cherche «des raisons d’espérer», à commencer par «l’union de toutes les sensibilités (...) au-delà des partis traditionnels...***» L’au-delà, c’est bien connu, est accueillant pour les fantômes.


* O.F., 28 avril 98.
** P.O., 28 avril 98.
*** Mot de l’opposition, Nantes-Passion, mai 98.

Lu 3298 fois













La Lettre à Lulu : @ValKphotos @CQFDjournal @JefKlakRevue @Reporterre @Bastamag @acrimed_info lulu solidaire
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : @ValKphotos on a cosigné.
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: Serieux?! C'est quoi que l'État pige pas dans #IndyMedia? indy (indépendant) + media (média) = liberté de la presse! https:…
Vendredi 29 Septembre - 10:04
La Lettre à Lulu : Retailleau ne cumule plus. Explication par @rayclid #retailleau #senateur #Senat #cumuldesmandats https://t.co/bAFUgJe2h4
Jeudi 28 Septembre - 12:59
La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47