La lettre à Lulu
Lulu 82-83 - décembre 2013

Ministère Hamer


Conférences attrape-tout, théories invraisemblables, et quelques ennuis avec les tribunaux.


La médecine classique prend parfois les gens de haut. Ses réponses parfois insuffisantes servent bien les partisans des médecines alternatives. Les crises sanitaires aussi. Les charlatans s’engouffrent dans le doute. Les alternatives ? Des techniques fumeuses, thérapies hasardeuses, souvent inoffensives, parfois beaucoup moins. On fait circuler les énergies, on prend conscience de soi, on revit sa naissance, on avale une molécule secrète et, forcément, miracle. Dans ce grand souk, les adeptes du décodage biologique, de la méthode Hamer et ses dérivés évoluent comme des poisons dans l’eau.

Ancienne prof de lettres reconvertie en thérapies, Daniella Conti a donné le 31 octobre une conférence à la Manu, et le lendemain deux jours de stage à Saint-Sébastien-sur-Loire. Cette lyonnaise professe la très controversée méthode de l’ex-docteur Hamer, tout en vantant aussi le « crudivorisme instinctif » dont le fondateur, Guy-Claude Burger a été incarcéré pour pédophilie après avoir été condamné en décembre 2001 à 15 ans de réclusion criminelle pour « viol sur mineur de quinze ans ». Simple détail. Décidément. Le sulfureux ex docteur Hamer est lui aussi passé par la case prison, condamné en Allemagne et en France. Il garde des partisans dans le coin. La Nantaise Roselyne Morel propose un stage de « décodage biologique ». Elle s’annonce parfois comme médecin, même si ses ennuis avec l’Ordre des médecins l’on mené à démissionner vite fait en 2000 pour éviter in extremis de se faire radier pour « suspicion d’appartenance à une secte », et « suspicion d’utilisation de thérapies illusoires », comme elle s’en vante elle-même sur le site de Cap Libertés de conscience (CAP LC) dont Roselyne Morel est vice-présidente. Un lobby en guerre contre les anti-sectes. Elle préside aussi la filiale Cap liberté thérapeutique. Le siège de l’association nationale CAP LC est à Nantes, rue Saint-Léonard, à l’ombre de la mairie, même adresse que l’activité de thérapeute de Mme Morel, implantée à Nantes depuis 1999. Elle y dispense des séminaires de formation à la méthode Hamer. En 2007, elle a carrément demandé la dissolution de l’Ordre des médecins. Sans succès. Elle se présente aux législatives la même année dans la 2e circonscription, sur la liste « La France en action ». Son score ? 0,69 %. Raté pour passer la barre des 1 % dans au moins 50 circonscriptions et bénéficier d’argent public en retour. En 2008, elle est coordinatrice d’un colloque de CAP LC titré « Médecines non conventionnelles et libertés de choix thérapeutique ; les défendre, se protéger face aux accusations de dérives sectaires ». À la tribune, un avocat angevin s’y répand contre la dictature de la preuve scientifique requise pour valider une thérapie, et pourfend ces salauds de journalistes. Les deux grands satans. C’est comme les charlatans, mais en moins charla.

Clarabelle Zébute

Lu 335 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03