La lettre à Lulu
Lulu 47 décembre 2004

Ouest-France : une rédaction digitalisée



La police connaît les journalistes sur le bout des doigts.



Remake de cambriolage à la rédaction nantaise d'Ouest-France, cet automne*. Et toujours dans le bureau du réd'chef. Plainte est déposée. La police débarque dans la rédaction, apprend avec surprise que le code d'entrée des portes n'a pas changé depuis leur précédent déboulé pour les mêmes motifs. Qui a fait le coup ? Comme quelques mois plus tôt, on se fie au grand relevé d'empreintes digitales de tous les salariés. On fiche, et on fait le tri. Et là, comme la première fois, pas le moindre tollé, sauf un tract du SNJ. Pas une voix ne se lève contre le branle-bas de combat sécuritaire. Tous ceux qui ne l'avaient pas déjà fait se soumettent retournant docilement au commissariat pour se faire encrer le bout des doigts, "au piano" comme disent les flics. Sur la cinquantaine de journalistes et administratifs de la rédaction nantaise, il n'y a pas une demi-douzaine de résistants à refuser par principe d'être considérés comme suspects potentiels. Pas très rassurant sur la capacité à résister plus généralement aux pressions, ce qui est pourtant un must largement affiché dans le milieu. Pour la police, des empreintes trouvées dans le bureau où a été commis le vol permettent de cibler un nouveau suspect plus plus. La police n'étant pas, comme chacun sait, dentellière, il a été embarqué menotté, sirènes hurlantes, du siège du journal à son domicile respectif. Et là, exhibé entravé devant ses enfants, pour une perquisition qui n'a rien donné. Comme la première fois*. On passera rapidement sur l'éthique brandissant la présomption d'innocence, le respect de la personne, et autres principes maison interdisant de mettre nommément en cause des gens qui ne sont pas jugés. Là, c'est différent, il y a eu atteinte à la propriété privée du groupe Ouest-France. Un tel sacrilège lève de facto et illico les sacro-saints principes. Par principe.



Albert Lombre



* voir Lulu n° 45 : "une rédaction empreintée".




Lu 2654 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03