La lettre à Lulu
Lulu 52 avril 2006

Pantalonnade. La complainte du contremaître chanteur


On croit le futal futile. Syndicalement, le froc est en baisse.


Pantalonnade. La complainte du contremaître chanteur

Il faut s'enticher des ptits chefs. Pour les vœux de bonne année, la section SUD de la Semitan a troqué le tract revendicatif pour une chansonnette. «Les petits chefs» est un tube underground signé par le groupe Les Glochos. labelisé musique pechno. Le refrain s'intéresse aux mouvements de frocs : «On baiss'ra pas not' pantalon devant les petits chefs». À la Semitan, on n'a pas apprécié ce refus de la baisse.

Les autres syndicats qu'on pensait moins à cheval sur l'étiquette vestimentaire, ont jugé que le tract manquait de tact. La CFDT compte quelques petits chefs dans ses effectifs et a trouvé l'appui de la direction qui a bien besoin qu'on respecte sa maîtrise. «Propos diffamatoires maquillés sous une chanson d'un autre siècle… indigne d'une organisation syndicale… vision sectaire du syndicalisme», dit la CFDT-maîtrise le 11 janvier. Le lendemain, la direction y va de son «indignation», relevant les «termes injurieux et grossiers calomnieux à l'égard de l'ensemble de la hiérarchie» et montant sur ses grands principes, rappelant que l'information syndicale peut relever de sanctions pénales en cas de diffamation et d'injure. Tout ça pour une chanson. Le directeur général qui signe lui-même la semonce aux syndicalistes exige à l'avenir «une écriture plus respectueuse» faute de quoi il portera plainte. Ah ça mais !

Pour contribuer à l'édification de la jeunesse, qui n'y connaît rien en pantalonologie, c'en est désolant, nous ne pouvons que verser cette citation au débat : «Dans n'importe quel bureau/Sul' chantier à l'usine/Faut toujours des blaireaux/Pour faire chier l'populo/Les patrons c'est des malins/Z'ont trouvé la combine/Pour pas s' salir les mains/Y zont des collabos/Y'a toujours des branleurs/Prêts à lécher les bottes/Y deviennent petits chefs/Y zont de l'ambition/C'est toujours les premiers/Pour baisser leur culotte/Pour faire des coups en douce /C'est les rois des faux j'tons». Le reste est à l'avenant.

Submergés par l'importance démesurée de l'outrage aux bonnes mœurs syndicales, deux délégués SUD ont démissionné. Une souscription est ouverte pour payer des bretelles à cadenas à tout le personnel.

Lu 4893 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03