La lettre à Lulu
Lulu 55 décembre 2006

Personne ne move ! Mask attacks en ventrachourie


Western gendarmesque et plan Epervier en Vendée profonde


Personne ne move ! Mask attacks en ventrachourie
L'excès de paranoïa n'adoucit pas les mœurs. Pas plus que la musique. Peu conscients des profondeurs insondables de l'âme vendéenne, des rockers qui faisaient les andouilles en pleine cambrousse ont fait disjoncter le dispositif sécuritaire. C'était le 12 décembre: en marge d'un concert au Lieu unique, les membres de Timepiece, un rock'n roll band éphémère associant des musiciens de Tucson et de Nantes s'en étaient allés tourner un genre de clip, façon road movie mogette pour le décor. Pour les costumes, c'était plus guignol. Tous les gugusses avaient revêtu des masques de catcheurs mexicains. Les six lascars masqués étaient sur une route presque déserte, vers Moreilles, près de Luçon quand une mémé, horrifiée, terrorisée, voire terrorifiée, a appelé au secours depuis sa maison isolée. Ce qui a fait illico débouler la cavalerie, sous forme de deux fourgons de gendarmes, l'air énervé, la main sur le flingue. Les pandores ont déchanté en découvrant que ce n'était pas la grosse prise qu'on leur avait annoncée, une bande de vrais malfrats masqués qui sévit, paraît-il, dans les parages et agresse sans vergogne les petits vieux. Les passeports des musiciens catcheurs ont quand même été contrôlés. Mais les gendarmes ont été si décontenancés qu'ils n'ont pas vérifié le faciès des plaisantins, aucun des suspects vite désuspectés n'ayant baissé son masque. Et si derrière ces cagoules de catcheurs, il y avait eu d'autres masques, des vrais ? Ils ont quand même eu droit à une convocation à la brigade l'après-midi et au sermon d'un gradé tout de suite: «Vous vous rendez compte, on a déclenché le plan Épervier sur deux départements, Vendée et Deux-Sèvres. Tous les ronds-points et carrefours sont bloqués aux alentours. L'hélicoptère chauffait sur sa piste, n'attendant que notre signal. Vous n'avez pas l'air de réaliser ce que ça coûte, tout ça ?» Un des gendarmes a même insisté: son fusil à pompe était bien chargé. Éberlués de ne pas s'être fait trouer la panse par ces fines gâchettes de la country ventrachou, les Américains n'ont pas demandé combien ça coûtait, tout ça. À Tucson, tout le monde va croire que les french shérifs veillent bénévolement sur l'ouest terne.
El Mogeto

Lu 1869 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03