La lettre à Lulu
Lulu 63 - décembre 2008

Physique chimie. Le poids de la lutte de Klasnic


Tirez pas sur l'ambulance. La nouvelle recrue ne marque pas plus les esprits que des buts. Mais on ne se moque pas des malades.


Physique chimie. Le poids de la lutte de Klasnic
Dans la maison Canari, on a recruté en début de saison. Que des flèches, forcément. Les meilleurs du marché ou presque. Parmi ces as, l'avant-centre Ivan Klasnic par exemple, recruté pour quatre saisons à Nantes, et présenté comme « gros coup de l'intersaison », « la cerise sur le mercato », « gros poisson », par les commentateurs sportifs. Une aubaine, ce « dynamiteur des surfaces ». Même si elle a coûté cher aux Canaris : sur le site du club, Christian Larièpe vénérait alors son boss : « Il faut remercier le président Waldemar Kita qui nous donne les moyens de nos ambitions. Il s'agissait d'un gros, gros dossier, c'est donc une satisfaction collective ».
Ce Croate né à Hambourg vient du championnat allemand. Il devait claquer des buts comme on claque des doigts. Depuis le début du championnat, le compteur marque péniblement deux buts. Il est même arrivé à Klasnic de sortir sous les huées du public. Explication officielle : « déficience physique » à son arrivée en septembre. Mais avec juste un pointu devant un but grand ouvert et un penalty transformé face à Lyon, pas de quoi pavoiser.

Depuis, pas mieux : « Physiquement, c'est vrai qu'il est un peu en dessous de ses coéquipiers »*. Parce que voilà: la perle à deux millions d'euros par saison souffre de « surpoids lié à sa maladie »*. Quelques kilos de trop dûs à deux greffes de reins, une rejetée et une seconde réussie. Depuis, Klasnic est abonné aux médocs qu'il doit ingurgiter en permanence.

Ce n'est pas tout, il a aussi un problème de cœur mal diagnostiqué, mal soigné : début octobre, Ivan Klasnic a porté plainte contre le toubib et contre la cardiologue du club d'où il sort, le Werder Brême. 

À Nantes, les soigneurs doivent penser à se balader avec un avocat. Il est vrai que pour signer en jaune, Klasnic avait aussi évalué les capacités de soins du CHU de Nantes. « Il sera toujours un peu enveloppé et handicapé. Il faut être indulgent vu son handicap »*, dit le
préparateur physique Georges Gacon, qui pourrait se muer en préparateur en pharmacie. Pour Christain Larièpe qui l'a recruté, « Ivan est victime de certaines critiques de la presse. Cela explique les sifflets. Je n'ai pas été étonné. Maintenant, il faut être indulgent et surtout se demander pourquoi un étranger a autant de mal à se fondre dans l'effectif nantais », a-t-il dit à Presse-O.

Sans doute un plaidoyer indirect pour son mal-aimé patron franco-polonais.

*Ouest-France, le 29 octobre 2008

Lu 530 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03