La lettre à Lulu
Lulu 82-83 - décembre 2013

Pisté mologie. Géo Trouvetraque attaque


Les innovations vont faire de nos vies des paradis. Ou pas. C’est dans la rubrique « l’éco en plus ». Plus on en sait sur vous.


Traqué du braquet. Ça commence par cette idée d’un ingénieur qui se fait starteupeur(1). Ce néo nantais propose une rémunération de quelques dizaines d’euros par mois pour trimbaler des encarts publicitaires au sein du cadre du vélocipède, sur le panier devant le guidon, sur deux enjoliveurs dans les rayons des roues et en prime un petit drapeau à l’arrière. Soit 2 m2 de vélo sandwich. Le cycliste devient non seulement représentant de commerce, de tout et n’importe quoi, mais il doit accepter un mouchard via GPS pour contrôler si le vélo publicitaire ne traîne pas sur une route de cambrousse ou au fin fond d’une zone industrielle. Et où et combien de temps le cyclopède est stationné. La géolocalisation espionnant les allées et venues pour la rentabilité de l’annonceur. Tant qu’à faire, l’antivol du vélo est équipé d’une alarme. Et un boîtier actualise heure par heure la rémunération du cycliste en fonction d’où est le deux-roues. Tout est marchandise, support, profit.

Traqué pour raquer. Autre exemple de boîte, localisée à Nantes depuis 2009, qui fait dans le géomarketing au service de la grande distribe et entend « naviguer dans l’espace des potentiels de consommation », tout ça « pour aboutir à un modèle presque mathématique du comportement du consommateur »(2) en mettant la ménagère de moins de 50 balais en équation, avec l’aide de chercheurs du CNRS. Réjouissant.

Traqué pour cibler. La métropole qui innove est comme ça. Tout est devenu marchandise. Surtout vous. On pourrait multiplier les exemples. IBM fait un concours de starteupe intitulé Smart Camp hébergé par le Lieu unique le 17 septembre dernier. C’est la crème des Géotrouvetruc. Parmi les dix boîtes retenues pour ce millésime 2013, iAdvize fait dans la « e-relation client instantanée, associée à un moteur de ciblage comportemental ». Certains espionnent les réseaux sociaux (Bringr y traque les indicateurs de performance), quand Apicube renseigne « les directions marketing, communication et commerciale » en détectant « le ressenti des clients à l’égard d’une marque ou d’un produit afin de mieux adapter leurs stratégies ».

Qu’on se fasse rouler le nez dans le guidon ou qu’on aille acheter du papier toilettes pour son chat, nous voilà tous du minerai pour ces braves ingénieurs. Conformément au principe de droit de l’Homme à se faire pister partout.

Winston « Big Browser » Smith

(1) « Ecovelo : être payé pour faire du vélo », Ouest-France, le 11 novembre 2013.
(2) « Parabellum décortique le comportement du client », Ouest-France, le 23 septembre 2013.

Lu 17 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03