La lettre à Lulu
Lulu 74-75 - nov.-déc. 2011

Pithécantheurope. La com que j’émets tant


Sur l’antenne d’Euradionantes, il y a des choses qu’il faut dire, d’autres pas. Et le contraire.


Radio école accueillant des stagiaires francophones venus d’autres contrées d’Europe, Euradionantes enseigne donc le journalisme distingué, et notamment distingué de la propagande, et de la communication. Parfois, un genre d’entorse aux principes fait marcher à cloche-pied. Ainsi, la dernière grille des programmes vient d’intégrer une émission mensuelle qui traite en une heure d’économie sociale et solidaire, en partenariat avec la Cress, chambre régionale de l’économie sociale et solidaire des Pays de la Loire. Cette émission en sous-traitance est réalisée par la responsable communication de la Cress, qui n’est ni journaliste ni animatrice de radio, et n’a jamais fait ça. L’émission est co-animée par Michel Loizeau, vice-président de la Cress, qui a commencé par interviewer Jacques Stern, son président au sein de la même Cress. Tant pis pour les puristes et autres archaïques s’acharnant à distinguer information indépendante et propagande institutionnelle.

Quand on ne relâche pas, on se crispe. Au printemps, une stagiaire allemande propose de parler de la liberté de la presse. Accordé. Le sujet de deux minutes trente-sept est diffusé à l’antenne. Ça commence par une touche sur la chaîne Current TV diffusant un docu critique sur Berlusconi. Localement, l’interview d’Anthony Torzec, président du club de la presse, évoque La Lettre à Lulu, présentée comme « meilleur défenseur de la liberté de la presse en Loire-Atlantique » (Il oublie L’Informateur judiciaire et ses annonces légales désopilantes, mais bon). En entendant à l’antenne le sujet diffusé, Laurence Aubron, la directrice d’Euradionantes, pique une colère instantanée*. La jeune Allemande se fait passer un savon. Trop tard pour le direct, mais le sujet est interdit de mise en ligne sur le site internet. La liberté de la presse, version motus et podcast cousu.

* Lulu fait ainsi les frais de la condamnation en novembre 2010 d’Euradionantes pour licenciement abusif de Nicolas de La Casinière, ancien journaliste à cette radio, par ailleurs directeur de publication de l’irrégulomadaire que vous lisez présentement. Lulu le virerait bien aussi, mais se demande quel article du code du travail bénévole bafouer.

Lu 268 fois













La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN @antonytorzec @MSpeacefully Lulu s'excuse de répondre en retard. Il avait jokari.
Jeudi 20 Juillet - 00:13