La lettre à Lulu
n°31 - déc

Psy chaud. La taule en face


À défaut de changer la face du monde, la prison peut changer la face d’un détenu. Michel en sait quelque chose.


Psy chaud. La taule en face<br>
Détenu en 1997 à la maison d’arrêt de Nantes, Michel, un homme de trente-deux ans, a vécu un enfer d’une rare sauvagerie uniquement parce qu’on l’a changé de cellule, comme ça, un beau jour, sans l’avertir qu’on le transférait avec un fou furieux tout juste sorti du centre hospitalier spécialisé de Cadillac, prison réservée aux malades atteints de pathologies psychologiques. Tout le monde était au courant du danger extrême qu’il courait, sauf lui. Les surveillants qui avaient refusé le transfert d’autres détenus dans cette cellule, précisément pour cause de dangerosité particulière, lui accorderont cette faveur dont il ne se remettra jamais.

Donc le 10 avril 1997 Michel est transféré dans une autre cellule. Quelques heures après, sans raison, son co-détenu lui saute dessus alors qu’il s’endormait et, dans un état de démence complète, le massacre littéralement. «En 13 ans de service, c’est la première fois que je vois une telle boucherie, une bagarre aussi sauvage et violente, il y avait du sang partout», confiera un maton aux enquêteurs. L’agression durera près de trois quarts d’heure avant que les surveillants n’interviennent, malgré les appels au secours de la victime et des détenus voisins.

Lorsqu’enfin ils arrivent dans la cellule, les gardiens assiste à une scène digne d’un film d’horreur. Michel est au sol, son agresseur à califourchon sur lui. Il lui laboure le visage avec un manche à balai brisé et coupant. Le médecin constatera de multiples contusions et hématomes sur tout le corps, une fracture des os du nez, de nombreuses morsures et la lèvre inférieure arrachée d’un coup de dents. Il hurlait «Je vais te manger !» dira plus tard Michel. Les photos au dossier sont insoutenables.

Personne ne s’explique ou ne veut s’expliquer pourquoi Michel a été mis dans cette cellule par les surveillants. Légèreté ? Punition sadique ? Selon le directeur du centre pénitentier, il y a été affecté «à la demande» du co-détenu alors que celui-ci avait la réputation d’être «un violent imprévisible». Effectivement, on ne peut pas tout prévoir. Même si le dingo avait déjà commis une agression grave quatre mois auparavant, qu’il sortait tout juste de Cadillac et aurait dû suivre un traitement psychiatrique... «Aurait dû», à l’étonnement du juge d’instruction qui suivait son cas. L’expertise qui suivra le confirme : «Le sujet se trouvait en était de démence au temps de l’action. Il a été dangereux à trois reprises. Il peut l’être à nouveau au cours d’un nouvel épisode. Il est certain que s’il n’est pas maîtrisé dans de tels moments, il peut aller jusqu’à tuer ou à se faire tuer.» Cet état de démence lui vaudra un non-lieu dans la plainte déposée par Michel pour tortures et actes de barbarie. Non-lieu également pour non assistance à personne en danger. C’est comme ça, c’est la vie et la justice qui passe.
Aujourd’hui Michel est dehors. Avec son RMI et dans un état «de stress post-traumatique intense, symptômes névrotiques importants et développement d’une personnalité traumato-névrotique», selon l’expertise psychiatrique. Trois ans après les faits, il n’ose plus sortir de chez lui. Il revit quotidiennement l’agression, en parle en tremblant comme si elle venait de se produire. Sans parler du préjudice esthétique et des humiliations qui vont avec, sans parler des séquelles à la lèvre, l’empêchant de s’alimenter normalement, qui justifieront une IPP (incapacité permanente partielle) de 2% selon une première expertise. Autant dire rien, 8 000 francs selon le généreux fonds de garanti.

La CIVI* a ordonné un complément d’expertise et alloué à titre de provision 20 000 francs à Michel. La nouvelle expertise produite le 6 novembre conclut à 35 % d’IPP, ce qui laisse espérer une indemnisation beaucoup plus juste au vu de la jurisprudence habituelle. C’est toujours mieux même si ça ne lui changera pas le visage. Au moins la justice fera, elle, meilleure figure.


* Commission d’indemnisation des victimes d’infractions.

Lu 2129 fois













La Lettre à Lulu : @ValKphotos @CQFDjournal @JefKlakRevue @Reporterre @Bastamag @acrimed_info lulu solidaire
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : @ValKphotos on a cosigné.
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: Serieux?! C'est quoi que l'État pige pas dans #IndyMedia? indy (indépendant) + media (média) = liberté de la presse! https:…
Vendredi 29 Septembre - 10:04
La Lettre à Lulu : Retailleau ne cumule plus. Explication par @rayclid #retailleau #senateur #Senat #cumuldesmandats https://t.co/bAFUgJe2h4
Jeudi 28 Septembre - 12:59
La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47