La lettre à Lulu
n°37 - été

Raoul faut le faire. La sébille à double fond


Où l’on apprend que les douaniers africains font du tort aux dons pour les lépreux récoltés à Nantes.


Raoul faut le faire. La sébille à double fond
Sont propres comme tout, ces petits scouts d’Europe en uniforme bleu marine et genoux cagneux réglementaires, réunis au Centre de communication de l’Ouest pour la photo souvenir*. Pour avoir été l’équipe des meilleurs mendiants (on dit quêteurs, c’est plus digne) lors de la journée mondiale des lépreux fin janvier, ces croisés de la sébille ont eu droit à un super cadeau pour leur B.A. : des œufs en chocolat dans une boîte en fer, peinte à la bombe dorée par Isabelle de Cintré, la déléguée départementale de l’association Raoul-Follereau. Attention : la récompense n’est décernée qu’un an sur deux. Pas de dérive. On sollicite la charité, la générosité, on ne fait pas courir les scouts les plus droitiers après une gratification en chocolat. La récolte départementale de 45 735 euros est en baisse. «C’est l’effet de l’euro. Les gens ont confondu 10 frs. et 1 euro», dit Mme de Cintré. La baisse des dons n’a rien avoir avec la calomnie. D’ailleurs certains ont donné plus, pour compenser…» La calomnie ? Un mois avant la quête, Le Canard Enchaîné** épingle l’assoce à Raoul en annonçant que le pape, Jipé Deux himself, recevrait, à titre personnel, une enveloppe annuelle de 15 245 euros versée par ladite association, un genre de denier du culte papal détourné des dons aux lépreux, qui eux, n’ont qu’à se gratter. Les dons ont aussi servi à arroser des ordres cathos ultra conservateurs et quelques cardinaux parmi les plus réacs, à faire des travaux dans l’appartement du rédacteur-en-chef d’un journal libanais ou à effectuer un prêt sans le moindre remboursement aux enfants d’un ministre africain... Sans oublier l’achat et la diffusion en Afrique de 2 000 bouquins dénonçant la capote comme facteur de propagation du sida***. «On aide les lépreux en donnant aux gens qui les soignent» tente d’expliquer Mme de Cintré en reconnaissant qu’il y a peut-être des «frais de dispatching». Et si de l’argent s’est perdu en Afrique, c’est certainement dû à la «malhonnêteté des douaniers africains…» Sympa.

Le parquet de Paris s’intéresse à la gestion de l’association Raoul-Follereau et l’Episcopat de Paris a pris ses distances, jurant qu’elle n’a aucun lien avec cette association, qui «ne fait même pas partie du Conseil national de la solidarité qui regroupe toutes les associations charitables catholiques». Mais bon, les petites mains de la mendicité ont leurs oeufs en chocolat. Tous les deux ans. Pas question d’encourager le cholestérol en culotte courte.

<I>* Ouest-France, le 28 mars.
** N° 4236, 2 janvier 2002 et suivants.
*** Le Canard enchaîné n° 4241, 6 février 2002.</I>

Lu 3067 fois













La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47
La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03