La lettre à Lulu
Lulu 56 - mai 2007

Retour de flem. Le plombé polonais


 
L'ajusteur polonais avait bien failli laisser sa peau dans le paquebot en construction*. C'était le 25 mai 2005. Dans un trou de souris, Adam Terepora découpait la ferraille au chalumeau, "3000". Le feu a pris dans sa combinaison de travail, 40 % coton, 60 % polyester. L'employeur avait garanti que c'était aux normes européennes. Un bobard, question sécurité, ce polyester a aggravé les brûlures. Depuis cet accident du travail dans lequel il a failli rester, il va à peine mieux, merci. Deux ans après, "les greffes de peau n'ont pas complètement pris ni cicatrisé, et les plaies se rouvrent encore", explique sa famille à Lulu. Pas question pour lui de chercher du travail. La plainte contre son employeur pour mise en danger d'autrui semblait se hâter avec lenteur dans les couloirs du tribunal nazairien. Le dossier d'Adam Terepora a finalement bien été pris en compte par la juge d'instruction, après que la CGT, partie civile, ait fortement insisté. Le procureur avait tenté l'option oubliettes en objectant que ce dossier n'était pas du ressort des organisations syndicales. Devant le tollé de la CGT, une consignation a été fixée. Le montant exigé par la justice: 2 500 euros! Et la machine s'est remise en route. Le secrétaire du CHSCT des chantiers a été convoqué par la police. Adam Terepora était venu en France avec la garantie de toucher le smic français. Il n'aura été payé qu'en zlotys, l'équivalent de 2,85 euros de l'heure, bien en dessous du smic promis. N'allez surtout pas lui dire que les intérêts patronaux interfèrent avec les menées de justice locale. Ce serait faire injure aux interférences. D'autant que la justice mène la vie aux soutiens des prolos polonais.Une grève d'autres ouvriers polacks avait donné lieu à un communiqué de la CGT, repris par le site web militant Bellaciao. La direction des chantiers (version avant Aker yards) a déposé plainte. Contre l'USM-CGT pour avoir dénoncé les conditions dans lesquelles sont traités les travailleurs polonais, et contre Bellaciao pour avoir relayé le communiqué de presse syndical. Ailleurs de tous les pays, unissez-vous.
 
* Lire "Le Polack laisse sa peau sur le paquebot", Lulu n°49, été 2005

Lu 2244 fois













La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01