La lettre à Lulu
Lulu 72 - avril 2011

Simone féminimaliste. Féministe, faudrait beau voir


On ne naît pas précaire, on le devient. On ne devient pas considérée, on se bagarre pour. Être femme, salariée de la maison fédérant les féministes nantaises, ne protège ni contre la précarité, ni contre la déconsidération.


Simone féminimaliste. Féministe, faudrait beau voir
Entre les salariées et leurs dirigeantes féministes, il y a comme un hiatus. Le 8 mars, jour de lutte des femmes, trois petites mains de l’Espace Simone-de-Beauvoir ont fait grève, installées sur le trottoir, soutenues par la CGT et Femmes Solidaires. Pas très bien vu. Elles « dévoient le sens du 8 mars », disent les dirigeantes. « Prendre la parole, faire grève, c’est l’essence même du féminisme », rétorquent les trois trubliones. Sur le pavé, elles déballent le manque de considération, le temps de travail partiel subi. Ce sont pourtant des thèmes centraux des batailles féministes, le boulot en miettes, la précarité, les salaires au rabais refilés aux femmes.

«On est fatiguées de porter des valeurs de dignité, d’autonomie dans les discours, valeurs qui ne sont pas respectées par notre employeur, le conseil d’administration de l’Espace», explique alors Badra, chargée de l’accueil. Elle a depuis négocié son départ. Vivre seule avec 900 euros dans de mauvaises conditions de travail, ça n’incite pas à s’incruster. Sur les six salariées, quatre sont à temps partiel. Marie-Laure, chargée de communication, a demandé à modifier son emploi du temps pour travailler le lundi, plutôt que le mercredi où les frais de garde d’enfant lui pompent un quart de son salaire, un millier d’euros net. Refusé, sans argument. Et le quotidien s’émaille de petites vexations, de détails qui, accumulés, rassemblent tous les ingrédients d’un certain mépris dans le boulot, pour ne pas dire mal-être. La médecine du travail a été alertée. Apparemment, le job qui devrait être passionnant, serein et engagé, fait fuir. Le turnover est permanent parmi les salariées. Badra est la dernière sur la liste. Les arrêts maladies se multiplient.

«On ne nous dit pas bonjour, on ne nous regarde pas. En réunion, des administratices s’adressent à mes collègues pour me dire quelque chose», témoigne Marie-Laure. Avoir alerté a accentué la rupture : «On nous dit de pas être militantes, qu’on a un devoir de loyauté. C’est la fuite en avant, projet après projet. On ne se concentre que sur des problèmes logistiques. Jamais on n’aborde de question féministe».
L’association Mix-Cité dénonce i[«le manque de cohérence, de projet bien défini, de débats d’idées [qui mène] à des situations inacceptables, telles que la tolérance, au sein de l’ESB, de propos racistes et islamophobes tenus par une intervenante devant le public (voir ci contre), sans qu’aucune des personnes organisatrices de l’évènement ne réagisse»]i. Mix-Cité enfonce le clou : «L’Espace Simone-de-Beauvoir fonctionne de manière totalitaire, ce qui engendre la souffrance des salariées, la démobilisation des militants et, d’autre part, décrédibilise le mouvement et les idées féministes».

Depuis ? Les salariées ont du remenacer de faire grève pour obtenir une réunion de trois heures et demie avec leur employeur dont aucun engagement n’est sorti. «C’est triste. C’était déjà triste de faire grève le 8 mars. On a l’impression que nos dirigeantes font l’autruche, que les choses vont entrer dans l’ordre par elles-mêmes...», dit Marie-Laure. Sollicitées, les dirigeantes ont opposé un silence poli, faisant répondre que « les discussions sont en cours entre les salariées, les syndicats et les administratrices ». Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa patronne.

* Présenté comme unique en Europe, l’Espace Simone-de-Beauvoir est une maison des féministes regroupant 29 associations.

Lu 189 fois













La Lettre à Lulu : @ValKphotos @CQFDjournal @JefKlakRevue @Reporterre @Bastamag @acrimed_info lulu solidaire
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : @ValKphotos on a cosigné.
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: Serieux?! C'est quoi que l'État pige pas dans #IndyMedia? indy (indépendant) + media (média) = liberté de la presse! https:…
Vendredi 29 Septembre - 10:04
La Lettre à Lulu : Retailleau ne cumule plus. Explication par @rayclid #retailleau #senateur #Senat #cumuldesmandats https://t.co/bAFUgJe2h4
Jeudi 28 Septembre - 12:59
La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47