La lettre à Lulu
Lulu 88 - mai 2015

Stupéfiant. Un DU présumé innocent


La fac de droit s’associe à une boîte à fort risque de répute.


Les collectivités sécuritaires enseignées à l’université, premier raté. Le 16 décembre 2014, le conseil de l’université donne pourtant un avis favorable au DU, diplôme universitaire en formation continue dit SPPR, « Sécurité publique, prévention des risques et collectivités territoriales », facturé 3 788,10  euros aux étudiants. Démarrage prévu en janvier, mais rien n’a démarré, faute d’un minimum de 15 candidats, explique son responsable Éric Mondielli, prof de droit à la fac : « Pour s’autofinancer, il faut un minimum de candidats inscrits. Ce n’est pas pour perdre de l’argent. » L’université réduite à la loi de l’offre et la demande, en somme ? « Si on veut , mais c’est plutôt un seuil de viabilité. »

Ce diplôme prévoit 516 heures d’enseignement, monté en « partenariat d’ingénierie » avec une officine privée basée dans le Morbihan, Forensic Consulting France* qui, à lire l’habilitation du DU, « assure la moitié du volume horaire des enseignements ». La plaquette de présentation arbore le logo de Forensic et ses coordonnées, au côté de celui de l’université. C’est du commerce ou quoi ? Problème : un des deux cogérants de cette boîte de sécurité est salement mouillé dans une affaire judiciaire, mis en examen pour « complicité de trafic de stupéfiants et aide au séjour irrégulier » : l’ex-capitaine Gérard Gautier est accusé d’avoir mis en place, avec des gendarmes du Groupement d’intervention régional qu’il dirigeait, « un trafic de stupéfiants entre les Comores et Mayotte via leurs indics en situation irrégulière et moyennant leur régularisation »**. Éric Mondielli répond à Lulu : « Je ne suis qu’universitaire… Je ne connais pas ce monsieur, qui ne fait d’ailleurs plus partie de la société Forensic. » Faux. L’associé plombé par l’histoire saumâtre n’a pas démissionné, il figure toujours comme co-gérant de la société au greffe du tribunal de commerce de Vannes***. « Oui, Forensic était envisagée dans la convention, mais elle n’a pas été signée, explique Mondielli. À l’avenir, on envisage de passer des contrats personnellement avec des vacataires. Mais pas pour les raisons que nous m’indiquez, juste pour des facilités administratives de gestion. » C’était notre exercice pratique « prévention du risque réputationnel ».

Eugène-François Viducq

*  Le laïus commercial de la boîte sur son site : « Réactive, composée de sachants, sans contrainte de déplacements ni de temps, l’organisation de notre société permet de répondre très rapidement à des demandes urgentes et sait se mettre en capacité de prendre en compte des dossiers complexes par l’activation de son réseau de professionnels. »

**  Assombri par la mort d’une jeune fille par overdose, une lycéenne de 18 ans, l’affaire de de drogue impliquant les gendarmes de Mayotte a fait un peu de bruit : France 3 Mayotte (1er juillet 2013), Le Point (17  juillet 2013), France 3 Bretagne (26 novembre 2013) ; Profession gendarme (9 juillet 2014).

***  Extrait K Bis actualisé, 21 avril 2015.

Lu 143 fois













La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01