La lettre à Lulu
Lulu 85 - juillet 2014

Subsidiarité. Accroche-toi à la rose, on enlève les étoiles


La radio de soutien à l’Europe lâchée par l’Europe. On ne sait plus à qui se fier.


Clairement lancée pour soutenir les institutions européennes et leur image après le « désastre » du « non » français au traité constitutionnel européen de 2005, Euradionantes est privée de sa subvention européenne. Éjectée du programme « L’Europe pour les citoyens », la radio perd 90 000 euros, et impossible de soumettre un nouveau dossier avant 2018, c’est la règle. Ce qui prive d’un quart le budget annuel annoncé de 350 000 euros de la radio montée en 2007(1). Quoique le chiffre du budget soit invérifiable et opaque malgré les demandes de Lulu au chargé de communication de la radio et à son président. Selon les professionnels d’autres radios nantaises, il serait bien plus important. En pleines turbulences, ce « studio école », qui n’a pas d’agrément comme organisme de formation, se proclame pourtant « média indépendant » alors que tout son financement vient des collectivités locales et ministères français. Et de l’Europe jusqu’à présent.

Papa Schulz

Indépendance ? Cette radio l’a vaillamment montrée lors des élections européennes. Le 12 mai dernier, pour l’escale nantaise du candidat socio-démocrate socialiste allemand Martin Schulz, un portrait du candidat réalisé par Euradionantes est diffusé lors du meeting de campagne. Une prestation saluée par les caporaux du PS. « Bravo @euradionantes pour ce joli portait en mouvement de @MartinSchulz ce soir à Rezé », tweete Benjamin Mauduit, récent élu adjoint à la mairie de Nantes. L’information au service du parti qui finance massivement la radio, belle preuve d’indépendance.

Ironie de la situation, Euradionantes dénonce l’arbitraire d’une institution européenne qu’elle encense depuis des années sur ses ondes.

Arbitraire, les vaches !

La radio s’est escrimée à rendre visibles les aides européennes, à vanter les processus du type de celui dont elle-même bénéficiait. Et là voilà contrainte de dénoncer l’arbitraire de ce qu’elle a vanté à coup d’émissions traitant de la « démystification des financements européens ». L’Europe, en plein serrage de boulons de la rigueur, sacrifie même ses protégés. La direction générale Communication, dite « DG comm » à Bruxelles, est « l’un des postes les plus touchés, au sein de la commission, par le budget d’austérité que les chefs d’État et de gouvernement ont entériné, en février, pour l’Union européenne : une coupe de 20 % », dès 2014, note Médiapart(2). Prof à la fac et président d’Euradionantes depuis avril, Arnaud Leclerc est surtout inquiet pour le budget 2015 et prévoit « des mesures restrictives comme la diminution du nombre de stagiaires ». De toute façon, la nouvelle règle sur le nombre de stagiaires par rapport à l’effectif permanent interdit de poursuivre avec une dizaine d’étudiants étrangers défrayés un tiers du Smic.

Bien à vous, Strasbourg

Euradio est bien mal récompensée de ses efforts, ses micros tendus aux officiels, aux élus et aux technocrates. Pour couvrir les élections européennes, l’opération « À vous le Parlement » a ainsi « bénéficié des subsides d’un appel d’offres du Parlement européen pour s’installer à Strasbourg et rendre compte de treize séances plénières parlementaires », suivant ainsi « les décisions, les projets et les lois, actés et votés par l’Union européenne »(3). Curieusement, la radio, dont ce n’est pas le métier, a produit dix vidéos en engageant deux journalistes extérieurs. Plus de 35 % de son budget annuel a été craqué pour cette opération. Curieuse gestion. Soit 125 500 euros pour ne couvrir qu’onze des treize séances du parlement prévues par contrat, soit onze émissions et dix vidéos confidentielles, comptabilisant entre 223 et 916 vues sur Youtube (hormis un épisode dopé par la reprise par le site Le Point).

Prêcher dans le désert, ça a l’air d’être une habitude : le compte twitter pour la couverture pourtant copieuse des élections européennes n’a que 158 followers. Et, selon un relevé Médiamétrie de janvier 2014 que Lulu s’est procuré, l’audience d’Euradio est à 0,5 % dans l’agglomération nantaise quand France Inter est à 16,5 %.
Il a fallu allonger pour financer cette dépense strasbourgeoise démesurée, l’aide européenne de 83 095 euros qui motivait l’opération n’en couvrant que les deux tiers. « C’est normal pour un appel à projet, mais c’est un affichage de façade, à ne pas confondre avec la réalité », répond Christine Lassalle, administratrice et ancienne présidente de la radio associative. « C’est le budget général de la radio qui sert de cofinancement sans induire une augmentation des dépenses équivalente », ajoute Arnaud Leclerc, pas plus clair.

Indépendance

Cette subvention à projet de 83 095 euros peut passer pour une commande de com. Ce qui pose la question de l’indépendance : « Est-il légitime, de la part de la commission européenne, de financer, via ses services de communication, tel ou tel média spécialisé ? Faut-il en passer par là pour faire émerger cet espace public européen, dont la faiblesse explique bien des maux de l’UE ? Combien d’argent public est versé à ces médias souvent peu connus du grand public ? Pour quels résultats ? » interroge Mediapart.

Surréaliste électorale

La petite radio nantaise fait beaucoup pour la renommée de Nantes à l’international. On a même parlé dans le New York Times(4). En octobre 2013, le quotidien yankee épingle les 100 000 $ de subsides européens à Euradio, et souligne que du temps d’antenne y a été accordé à un chercheur de Notre Europe-Institut Jacques Delors (think tank de l’ancien ministre socialiste) qui bénéficie de 650 000 $ d’aides européennes. « C’est complètement surréaliste : des gens qui obtiennent des subventions de l’UE disent combien l’UE est formidable puis mettent en avant ces actions pour obtenir plus d’argent », commente Mark Littlewood, directeur général de l’Institute of Economic Affairs à Londres, groupe privé plutôt eurosceptique il est vrai. Ces instances subventionnées « finissent par parler entre elles », ajoute le conservateur Martin Callanan, alors député européen mais pas du tout eurosceptique, lui. Un rapport de la fondation New Direction(5) dénonce pareillement les dépenses servant l’« autolégitimation de la gouvernance » et non l’intérêt des citoyens, qui ne servent qu’à « rendre publiques et à légitimer les activités de la commission », laquelle « gâche l’argent des contribuables » pour les persuader de ses propres vertus. Une variante de l’économie circulaire de l’information.

Mais comment une radio si zélée est-elle parvenue à décevoir ses mentors ? Les experts qui ont trié tous les dossiers des candidatures se sont montrés perplexes sur « l’impact direct de l’activité de la radio sur le public européen » qui leur a paru « plutôt vague », comme le « nombre d’auditeurs annoncé » leur a semblé un peu gonflé(6). La radio qui voulait rendre crédible l’Europe n’a pas paru crédible à l’Europe. Va falloir se convertir en radio de proximité. Du côté gauche du marché de Talensac, par exemple.

Paul-Henri Spam

(1) Lancement auquel a participé le rédacteur de cet articulet avant qu’une crise profonde, mêlant autoritarisme et conflit sur l’indépendance de l’information, ne fasse exploser l’équipe de départ, enchaînant un licenciement pour insubordination (qui sera déclaré abusif par la justice), et deux démissions. Depuis, le turnover a concerné plus d’un vingtaine de salariés, en rupture conventionnelles, démissions et contrats non renouvelés.
(2)  « Médias européens : le maquis des financements publics », Médiapart, 3 décembre 2013.
(3)  Nantes métropole magazine, n° 48, novembre 2013.
(4)  « Europeans Are Faulted Over Using Funds to Support Like-Minded Voices », NYT, 15 octobre 2013.
(5)  « Helping Themselves. Six ways to reform EU Funding of NGO’s », Adolfa Mackonis, Zilvinias Silenas, september 2013.
(6)  « L’écoute de l’inflation », Lulu n° 82-83, décembre 2013.

Lu 131 fois













La Lettre à Lulu : @ValKphotos @CQFDjournal @JefKlakRevue @Reporterre @Bastamag @acrimed_info lulu solidaire
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : @ValKphotos on a cosigné.
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: Serieux?! C'est quoi que l'État pige pas dans #IndyMedia? indy (indépendant) + media (média) = liberté de la presse! https:…
Vendredi 29 Septembre - 10:04
La Lettre à Lulu : Retailleau ne cumule plus. Explication par @rayclid #retailleau #senateur #Senat #cumuldesmandats https://t.co/bAFUgJe2h4
Jeudi 28 Septembre - 12:59
La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47