Derniers tweets

Partager ce site
Lulu 47 décembre 2004

Sur l'étagère à Lulu. Arrière-saison littéraire



Sur l'étagère à Lulu. Arrière-saison littéraire
La post saison des vieilles nouveautés de l'après rentrée, pré-mâché par nos envoyés spéciaux qui savent lire. Et copiner.

Trouveuse de même
Elle est la spécialiste de la lettre de rouspétance. Un modèle. Faut dire qu'elle dégaine vite son épistolaire, l'Ernestine. Ernestine Chassebouf. Le genre de mémé à ramasser tout dans son filet à écrivettes : ses ronchonnades et ses rognes, ses invectives et ses quémandes publiques. Ses bafouilles finissent par des "j'attends votre chèque avec impatience, même si c'est en liquide, et j'espère que ma lettre vous trouvera de même." Ou alors , "Je vous laisse, j'ai mon linge dehors, je voudrais pas qu'il mouille" . Ses lettres escomptent toujours trouver ses destinataires de même : le général d'aviation qui tonitrue les nuages et qu'elle en a par dessus la tête, Jean Lebrun, le monsieur qui est émetteur à France Culture, Monsieur Gaumont, cinématographeur en salle, Madame Roselyne Bachelot, à l'époque ministresse des chasseurs. Dans ce second recueil de lettres, l'Ernestine est un peu plus sérieuse. Forcément, elle écrit moins aux fabricants de gâteaux industriels et plus aux journalistes qui ont remarqué son sens du second degré troisième âge, planqué sous une naïveté de prime abord.

Ernestine écrit partout, volume 2. Illustrations de Quentin Faucompré. Ginkgo éditeur.

Bars parallèles
Cette bande de pochtrons en débandade ne tient que par une cartographie minimale, limitée au lustré d'un zinc de troquet de quartier, et aux postillons du taulier d'un autre rade. Le reste baigne dans les gamma GT. Au sortir des débits de boisson, la ville est floue, un rien hostile. La flottille d'épaves se laisse dériver en se fiant à des caractères aux contours de mystère. C'est un premier roman aux accents céliniens, entre bibine et débine. Un "roman gris" qui refuse de tourner au roman noir, malgré un macchabée et des soupçons de flic. Le climat est prenant, insidieux, imprégné d'un parfum doux amer à la Delicatessen. L'écriture d'Arnaud Le Goëffec porte une attention enjouée aux gens ordinaires, simples héros de bistrot, jamais très frais, attachants. Leurs amitiés sont scellées dans la tournée qu'on remet, jusqu'à ce qu'un oiseau de malheur vienne bousculer cette lente cirrhose collective. Pour jeter à la gueule un passé qu'aucune gueule de bois n'a pu faire passer.
Basile et Massue, d'Arnaud Le Gouëffec, éd. l'Escarbille.

Pomme de dix cordes et arachidéogrammes
Les clichés, ils leur tordent le cou d'un coup de crayon rageur, en deux petits livres de croquis croquignolets, avec l'air de s'appliquer à faire de beaux dessins. Quand quinze papas de Guillaume Tell tentent d'arbalèter à qui mieux mieux sur quinze cibles à en perdre plein la tête, à moins que ce ne soit la pomme. Quentin Faucompré fait mentir l'adage Tell père Tell fils. Quand Tangui Jossic, autre gribouilleur à Lulu, ne met pas le feu au cul des lapins, c'est qu'il croque un rébus, ou que ses cacahuètes sont frappées d'une obésité de papier. Ses vers de terre se tortillent à tort et à travers. Il triture les adages et torture les aphorismes. Ah, c'est du joli !
Une vie ordinaire, de Tangui Jossic, et La sixième pomme, de Quentin Faucompré. Ed. Mémo, coll. carnets dessinés. Y'a même un gadget avec : une fois trouvé le truc pour déplier la couverture, on obtient un petit poster. Mais pour la remettre, c'est coton.

Le droit à la presse
L'information sur l'information est quasiment un monopole que la presse s'est arrogée pour parler d'elle même. Simplement pour garder ses distances avec la presse, il faut compter sur ses propres farces. Et déjouer les tics et embrouilles des pros de l'info, formatée comme un produit de consommation, à gober au cours d'un zapping sautillant au royaume de spectaculaire. Il faut s'armer contre le pré-mâché de supermarché. Qu'il soit gouvernemental, néo-libéral ou platement à plat ventre devant le credo capitaliste. À moins qu'il ne soit sécuritaire ou distille le divertissement de diversion. JT trafiqués, articles tendancieux, tout se décrypte. Cette brochure de 24 pages aide à y voir plus clair. Impec pour amener des élèves à regarder autrement la machine à informer.
Informer sur l'information. Petit manuel de l'observateur critique des médias. Edité par PLPL et Acrimed, l'association action critique médias. Commandes auprès de Co-errances, 45 rue d'Aubervilliers, 75018 Paris. 1 à 4 exemplaires ; 2 euros l'unité + 1 euros de frais de port. 10 ex. : 15 euros, port compris.

Lu 3159 fois