La lettre à Lulu
Lulu 60 - juin 2008

Syndromadaire

L'hosto qui tousse dans sa tête



C'est l'hôpital qui se fout de tout. Les deux centaines de chercheurs de l'unité Inserm U 601* sont plus patraques que prévu. On disait que moins d'un sur trois souffrait de maux de tête ou d'intestins de problèmes de peau, de nez, de fatigue générale, d'yeux qui piquent, d'allergies et autres joyeusetés dues à une intoxication dans le bâtiment*. Tout un tas de vacheries qui ressemblent fort aux MCS (Multiple Chemical Sensitivity), les hypersensibilités aux produits chimiques. En fait, après enquête épidémiologique**, sur 183 réponses au questionnaire, 130 ont ressenti les symptômes. L'explication officielle du «syndrome des bâtiments malsains», c'est bien joli pour expliquer les ennuis de santé de ces chercheurs, laborantins, étudiants et médecins, mais c'est un peu court. Il y a bien sûr les hypothèses liées à l'environnement : trop d'eau de javel pour désinfecter, un air trop sec dans des labos confinés, avec trop de personnel dans des pièces mal ventilées. Mais les médecins retiennent fermement l'effet psychologique. Si certains sont bourrés de migraines et de langues qui brûlent, c'est forcément dans la tête que ça se passe…

Notox ou intox

Syndromadaire
«L'hypothèse toxique est peu plausible», a dit le 29 avril le docteur Bruno Hubert, responsable de l'étude épidémio. En revanche, il retient «l'incertitude entretenue par des hypothèses multiples», le «soutien social faible de la part des gestionnaires et administrations», une inertie due aux quatre tutelles, aux médecins du travail différents et aux statuts différents… À ce stade, le toubib parle d' «auto amplification des inquiétudes sur les risques» et affirme que «l'absence de réponse rapide a entraîné une chronicisation des symptômes. Il y a une anxiété qui se perpétue, qui s'entretient par toutes ces inconnues… On finit par s'écouter». En clair, la persistance de ces mystérieux problèmes de santé aurait ajouté une maladie: l'auto persuasion pernicieuse. Un genre de pathologie chopée par méthode Coué à son corps défendant. Avant ça, les médecins du travail avaient prétendu aux salariées (les deux tiers du personnel) que c'étaient «leurs vapeurs», qu'elles avaient une ménopause conjoncturelle. Délicat.

Hôpital, silence !

Lors de la restitution de l'enquête épidémio dans un amphi de la fac dentaire, bien des questions posées par les personnels sont restées sans réponse. Quels critères pour retravailler dans de bonnes conditions sanitaires? Les quatre tutelles laissent donc les gens atteints de maladies au contact du bâtiment qui les a déjà contaminés. Les salariés intoxiqués se retrouvent sans suivi médical ni traitement. Que font les employeurs pour les contractuels qui risquent d'être kleenexifiés, comme cette ingénieure d'étude, en CDD depuis 5 ans pour l'Inserm, reconnue en accident du travail: «Je ne peux plus travailler dans un labo, grâce à l'Inserm et au CHU. Dans six mois, je suis à l'ANPE». Cette AG n'est pas l'occasion de répondre aux cas individuels, il a des instances pour ça, lui a-t-il été répondu. En attendant le déménagement des labos à la fin de l'année, il est impératif d'inspirer confiance et d'expirer le moins possible.

Jacques Ventilo


* Lulu n°59, Panique au CHU : déjà 60 victimes, l'air de rien
** Réalisée par la Cire, cellule régionale de l'Institut de veille sanitaire.

Lu 1101 fois













La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01