La lettre à Lulu
Lulu 70 - novembre 2010

Une deux, une deux. Étude et servitude


L’enseignement doit intégrer l’art et la manière de servir. Certains ne marchent pas droit. Exclus du rang. L’inspecteur d’académie met un instit au piquet.


Une deux, une deux. Étude et servitude
Depuis des années, quelques mauvais esprits qui confondent le cirque avec les cours de récré pensent que l’école est un lieu de dressage. L’inspection académique de Nantes apporte sa pierre au débat. Un instit du mouvement Freinet vient d’en faire les frais. À mi-temps directeur d’école primaire à Saint-Lumine-de-Clisson (l’école Lucie-Aubrac, ce qui n’est pas rien comme symbole), le reste du temps formateur des futurs instits depuis huit ans, François Le Menahèze s’est fait interdire de former, par sa hiérarchie : «Je ne peux accepter votre détachement sur un emploi de formateur, compte tenu de votre manière de servir et notamment votre refus d’appliquer les instructions nationales (Non remontées des résultats des évaluations 2009-2010)», écrit le 6 septembre, en recommandé, Bernard Javaudin, l’inspecteur d’académie en personne.

Outre les prétextes futiles, de désorganisation de l’école primaire avec un dirlo à mi-temps (il fait ça depuis trois ans, ça marche très bien, merci) le vrai motif c’est la «manière de servir». Ça sent son langage militaire. Les compétences ne sont pas en cause. Mais, pour l’inspection académique, ce mauvais sujet est à écarter des formations, du fait de ses positions de refus, partagées avec nombre d’enseignants, d’alimenter les données de la base-élèves, instrument de contrôle fortement soupçonné de fichage et de traçabilité des enfants. Nourrir ces fiches n’est pas une obligation pour les instits. Selon l’administration le récalcitrant ne peut faire que de la «mauvaise propagande»... «On ne peut pas confier une mission de formation à quelqu’un qui ne veut pas appliquer les directives nationales» martèle l’inspecteur d’académie*. Ce type est, lui, un vrai bon petit soldat. Le dernier rapport de l’inspection générale, élégamment intitulé « Évaluer et conduire » indique que «les inspecteurs devront imposer la normalisation...», et donne le mode d’emploi pour marcher droit et au pas cadencé : le mot «conformité» apparaît 13 fois, celui de «liberté», zéro fois. Sans doute très utile dans une école qui parle moins de service public d’éducation que de «gisements d’efficience», de réduction de postes et d’expédients, contrats précaires, recours à des étudiants pour boucher les trous.

Fonctionnaire d’État censé «agir de manière éthique et responsable» comme l’exige le très officiel document référentiel du professeur d’école, l’instit et ses soutiens du réseau «Résistance pédagogique» ne sont vraiment pas top tendance, avec leur souci d’une «réelle éthique professionnelle, un comportement, un professionnel qui serve l’intérêt premier des enfants et des valeurs du service public d’éducation». Avec des idées pareilles, évidemment, on risque de ne pas avoir d’élèves bien dressés.

* Ouest-France, le 30 septembre 2010

Lu 284 fois













La Lettre à Lulu : @ValKphotos @CQFDjournal @JefKlakRevue @Reporterre @Bastamag @acrimed_info lulu solidaire
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : @ValKphotos on a cosigné.
Vendredi 29 Septembre - 10:05
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: Serieux?! C'est quoi que l'État pige pas dans #IndyMedia? indy (indépendant) + media (média) = liberté de la presse! https:…
Vendredi 29 Septembre - 10:04
La Lettre à Lulu : Retailleau ne cumule plus. Explication par @rayclid #retailleau #senateur #Senat #cumuldesmandats https://t.co/bAFUgJe2h4
Jeudi 28 Septembre - 12:59
La Lettre à Lulu : Procès de l'ex-préfet de Loire-Inférieure, Jean Daubigny. La lettre que Lulu lui a adressée l'an dernier… https://t.co/c8aXZHMsGw
Dimanche 10 Septembre - 13:47