La lettre à Lulu
Lulu 67 - décembre 2009

Urbanni. L' éco-quartier atomique


Bottière-Chénaie, un quartier à souci écolo et chauffage électro-nucléaire. Chaude ambiance


Bottière-Chénaie, «exemple d'éco quartier» lancé en ZAC en 2003 n'a connu sa vocation écolo que tardivement. Jean-Marie Pousseur, l'adjoint à l'urbanisme précédent n'avait pas la fibre sauveur de planète. Après lui, Alain Robert est plus dans l'air du temps. On a donc rebaptisé le projet "quartier durable" à "qualité environnementale optimale". Promis juré, le projet est pétri de bonnes intentions et de "matériaux sains". Même si la priorité, depuis le début, est la mixité sociale, et pas le bilan carbone. Entre les coûts du mètre carré confié aux promoteurs privés et les ambitions d'environnement, quelques principes et promesses ont été sacrifiés. On a déclaré que serait proscrit le PVC, ce plastique calamiteux en fin de cycle, quand on le crame pour libérer de bonnes dioxines de derrière les fagots. "On parle de coûts de sortie des logements, on oublie le coût global", note Damien Renault du réseau Sortir du nucléaire.

Plastique électrique

Pour le PVC, c'est raté. Par exemple avec le "domaine de la Chénaie", du promoteur CIF, équipé de fenêtres double vitrage PVC. Autre entorse aux ambitions, le chauffage électrique, que prône EDF depuis des lustres pour fourguer toujours plus d'énergie nucléaire à ses clients. Un rendement pas terrible : pour un kWh de chaleur, il faut produire trois fois plus d’électricité. En si on dit nucléaire majoritairement, pendant les grands froids, il faut bien tirer aussi sur les centrales thermiques au fioul. Bonjour l’énergie propre. "Le cahier des charges a été négocié au rabais avec les promoteurs. D'autant que la réglementation thermique en vigueur approuve le gaspillage, autorise une consommation plus forte pour le chauffage électrique, énergie inefficace, non renouvelable, dangereuse, et quasi irréversible : on ne réinstallera pas des tuyaux pour remplacer l'électrique par des radiateurs à eau", souligne Damien.

Les Verts, dans la majorité à Nantes métropole, sont un peu embêtés. Ils ont déjà mangé leur chapeau quand on leur a refusé un réseau de chaleur dédié au quartier. Là, il a fallu gober le nucléaire. "Le chauffage, même électrique, n'est qu'un élément de l'équation globale, avec l'isolation, plaide le Vert Ronan Dantec. Je reste un opposant absolu au nucléaire, mais il faut de l'humilité. On n'a pas été au bout de la démarche. On est encore très loin du quartier à énergie positive ou de la ville couverte de panneaux photovoltaïques". Entre les coûts de sortie et les ambitions environnementales, "l'hybridation environnement-social s'est négociée avec beaucoup de renoncements, note le chercheur Pierre-Arnaud Barthel. La priorité, c'est surtout la mixité sociale, ce qui rend impossible de tenir les trois volets développement durable (social, environnemental et économique), d'où cette impression de rester sur sa faim".

Pas grave, on grignotera la récolte d'uranium bio du bout du jardin.

Victor Busier

Lu 447 fois













La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01