La lettre à Lulu
Infos

Validation des kakis. Auxiette général de Vendée


Une belle prime au centre de harcèlement sexuel. Formation ou déformation professionnelle ?


En fin de contrat, nos militaires éjectés de l’armée peuvent décrocher une formation professionnelle. Le plus souvent dans une vieille caserne en Vendée, à Fontenay-le-Comte. Créé en 1958, le Centre militaire de formation professionnelle (CMFP) est au service quasi exclusif de l’armée qui y reçoit des stagiaires de toute la France. Ce campus kaki a connu récemment les honneurs de la presse comme haut lieu du harcèlement sexuel couvert par les gradés. France 3 l’a notamment évoqué : « Fontenay-le-Comte : filmée sous la douche, une stagiaire de l’armée poussée à la démission ». Elle voulait une formation de serveuse, en service militaire adapté. Ses supérieurs l’ont poussée à résilier son contrat, sinon elle serait considérée comme « déserteur ». Son tort : avoir porté plainte. Le 27 février, le tribunal administratif de Nantes a suspendu en référé cette démission forcée. Accessoirement, le sergent – blanc – a avoué avoir filmé sous la porte de la douche la jeune stagiaire – noire – qui n’a jamais été reconnue comme victime. Quand ils ne se forment pas sur place au métier de réalisateur X, les trouffions à recycler peuvent tâter de différents métiers pour une reconversion, logés dans les chambres douillettes de la caserne, comme à la maison. L’existence de cet établissement peut paraître désuète voire décalée par rapport aux pratiques pédagogiques actuelles qui privilégient la proximité du domicile avec le centre d’enseignement. Le territoire français est d’ailleurs particulièrement bien doté en établissements de formation professionnelle. En général, il suffit de passer convention avec un organisme d’accueil. Mais bon, l’armée maintient les traditions. Le financement – fonctionnement et investissements –devrait revenir au ministère de la guerre. Négatif. Auxiette, le généralissime des Pays de la Loire, a signé le 26 février l’octroi de 300 000 euros au ministère de la Défense pour acheter du matériel destiné à équiper ce fleuron de l’éducation militaire. Mais rassurez-vous, s’il reste de la place, cette maison d’hôtes pourra aussi accueillir des Fontenaisiens et des chômeurs. Ça au moins, c’est un combat pour la mixité des publics qui mérite d’être souligné. En attendant, la Vendée, toujours pas pacifiée, reste militarisée.

Lu 28 fois













La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01