La lettre à Lulu
n°17 - avr

Y’ a quelqu’un ? CES, catégorie extrêmement subalterne



Y’ a quelqu’un ? CES, catégorie extrêmement subalterne
Une étude consacrée aux contrats emploi-solidarité en Pays de la Loire* évoque notamment le peu de cas fait aux petites mains sous contrat. Un cadre entre dans un bureau où n’est présente qu’une CES employée au secrétariat : «Mais il n’y a personne ici !». Pour celle dont le nom est personne, le rapport commente cette phrase comme une «violence symbolique qui nie son existence». Etre CES, c’est péjoratif. On ne vous appelle pas par votre nom. On dit «la CES». Ces petits boulots, il faudrait les rebaptiser «CSESS», contrat sous-emploi sans solidarité.

* Effectuée par le cabinet brestois Cibles à la demande de la Direction régionale du travail et édité en novembre 97.

Lu 1538 fois













La Lettre à Lulu : L'arbre aux hérons, tout un poème... #arbreauxherons #Nantes https://t.co/iUQmsOuJ88
Jeudi 17 Août - 12:09
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Conférence chez Jaune Turquoise entre passeurs de feu et chamanes ça coupe l'appétit, ça ignifuge… https://t.co/pm6B4yaalC
Jeudi 20 Juillet - 17:44
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Et la formation pour l'institut qui place les produits du sponsor, Oligosanté, c"est un arrangemen… https://t.co/OUbV5Ox4nW
Jeudi 20 Juillet - 17:06
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN Un plan d'apurement, c'est avant le dépot de bilan, pas après. Ou alors c'est de l'apurement post mortem. Original.
Jeudi 20 Juillet - 17:03
La Lettre à Lulu : @sandrinejossoAN On parle pas d'il y a 14 ans. C'est pas d'l'archéologie. C'est une appellation cadrée par la loi.
Jeudi 20 Juillet - 17:01