La lettre à Lulu
Lulu 109-110

À dada sur les principes

Spirous


Augereau et Fillon, chevaux de retour et grooms d’ascenseurs mutuels. 


À dada sur les principes
Le Monde se penche avant le procès et le confinement sur le « très cher carnet d’adresses » de François Fillon, où « tout est imbriqué : le pouvoir, l’argent, l’ambition ». Parmi les accointances et liens financiers tissés par Fillon avec des assureurs, une agence de notation ou un fournisseur de pipelines, surgit un PDG nantais empêtré dans un renvoi d’ascenseur. Avec son officine 2F conseil, François Fillon « décrypte aussi la situation économique européenne, moyennant 36 000 euros, payés à Paris par son ami Daniel Augereau, PDG du groupe d’intérim Synergie, auquel il avait confié, du temps où il dirigeait le gouvernement, une mission sur l’avenir des courses hippiques » (Le Monde, 19/02). Ces duettistes jouent aux grooms d’ascenseur de l’autre. À toi, à moi. Je t’en prie. La boîte d’intérim d’Augereau sert aussi à recycler les déchus : François Pinte, ex-dircab de Fillon, a intégré Synergie en 2003. Après la chute de Fillon et son pénéloupé magistral, Synergie a accueilli comme « conseiller » Igor Mitrofanoff, une des plumes en chef des discours de Fillon. Entendu par les enquêteurs, Mitrofanoff a un peu tortillé pour couvrir la moitié du patron : « Pénélope a toujours pris soin de ne pas démontrer qu’elle était extrêmement active auprès de son mari. Par tact ou par pudeur, ou par courtoisie vis-à-vis des électeurs sarthois. » (L’Express, 05/03/2017). Proprio de canassons de course, Augereau doit à Fillon son poste de vice-président de France galop, de 2015 à 2019. Il avait déjà pondu en 2012, toujours à la demande de Fillon, Premier ministre, un rapport sur l’institution hippique et la modernisation de la filière, notamment pour privatiser les courses, œuvre prospective accessoirement restée lettre morte (Presse-O, 16/02/2015).

La région est pleine d’éleveurs de canassons, la Sarthe particulièrement. Et Augereau mêle politique et réseaux bourrins dans cet électorat hippophile. Candidat à la mairie de Nantes en 1989 contre Ayrault, sponsor historique des Canaris du FCN, Augereau cultive sa moustache fine de chanteur d’opérette et ses amitiés. Il a siégé vingt-quatre ans au conseil régional sous toutes les étiquettes de la droite, RPR, UMP, auprès de Guichard et de Fillon. En 2009, Augereau embarque dans les bagages de Fillon lors d’un voyage officiel pour biznesser avec les Chinois. Avant d’être, à 71 ans, décoré de la légion d’honneur par Fillon en 2016, dans une salle d’apparat du conseil régional. Pas dans une cabine d’ascenseur.
Pénégalope Groompf

 

Lu 2 fois