La lettre à Lulu
Lulu 93 - juillet 2016

À l’assaut du ciel

(en faux-cul hollandais dans le texte)


Le souvenir des Versaillais en trois temps, trois mouvements


 
  • Vive les mariés
Août 1973, lors de la marche des paysans de l’Ouest, Bernard Lambert reprend les paroles d’une paysanne engagée dans la marche : « Nous allons à un mariage, un mariage des ouvriers et des paysans, le mariage de Lip et du Larzac. Au fond, toute cette marche nous permet de comprendre qu’un événement capital se passe dans ce pays. Il y a quelque chose qui vient de disparaître de l’histoire, jamais plus, jamais plus, les paysans ne seront des Versaillais, jamais plus, ils ne s’opposeront à ceux qui veulent changer la société. »
Guide indigène de détourisme, éditions À la criée, février 2016. 160 pages.
  • Tract au vélo
[novembre 2015, à la veille de la COP 21] « La nuit dernière, réunis dans un manège équestre, assis sur le sable ou perchés aux balcons, nous avons décidé que notre équipée irait jusqu’à Versailles. C’est depuis cette citadelle anachronique que, dix jours auparavant, le Sénat et le Parlement réunis, pris d’une poussée d’absolutisme, ont décidé de prolonger de trois mois l’état d’urgence. 
Peu avant la Place d’Armes, le convoi fait halte et nous marchons ensemble derrière une grande banderole peinte pendant la nuit d’après un vers de Shakespeare : "Si nous vivons, nous vivons pour marcher sur la tête des rois". Aux abords des édifices de la cour, un rang de policiers cherche une dernière fois à nous contenir, autour de la statue de Louis XIV. Mais nous continuons à avancer, et eux à reculer, jusque devant les grilles du château. Des tables sont déployées en cercle pour un grand banquet partagé. La voix d’un paysan venu en tracteur se détache sous les hourras : "En 1871, les Versaillais avaient écrasé la Commune de Paris. Les zads sont aujourd’hui comme autant de nouvelles communes libres. Et nous affirmons ici que ces communes ne se laisseront plus expulser". 
»
Défendre la zad, collectif Mauvaise troupe, éditions. de l’Éclat, janvier 2016. 45 pages.
  • À l’assaut du consensuel
« J’ai mes références. Celle des ouvriers de 1848 qui déjà contestaient le pouvoir de l’argent. Celle des communards, qui refusaient la défaite et sont montés à l’assaut du ciel pour connaître l’enfer de la répression. »
Changer de destin, François Hollande, éditions. Robert Laffont, février 2012, 163 pages à écorcher le renard.

Lu 35 fois














La Lettre à Lulu : RT @Nantes_Revoltee: Gros big up à L'Autre Cantine Nantes et aux nombreux nantais et nantaises qui organisent la solidarité concrète, alors…
Mercredi 8 Août - 08:11
La Lettre à Lulu : RT @canardenchaine: DEMAIN DANS LE CANARD Réunion secrète à l'Elysée avec les LR Juppé, Estrosi, Moudenc et la socialiste Johanna Rollan…
Mardi 7 Août - 17:13
La Lettre à Lulu : RT @canardenchaine: DEMAIN DANS LE CANARD Document : les félicitations du préfet de police à Alexandre Benalla
Mardi 7 Août - 17:11
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: URGENCE #NANTES: erratum expulsion en cours des exilé.e.s de l'ecole Leloup Bouhier. C'est à dire beaucoup de monde qui s'é…
Jeudi 2 Août - 19:59
La Lettre à Lulu : RT @askolovitchC: Le jour où un jeune homme éborgné, pas de chance, par un taser de la police, ou un(e) endeuillé(e) d’une bavure aura la m…
Jeudi 2 Août - 10:26