La lettre à Lulu
Lulu 52 avril 2006

A la garde boue ! Cycles infernaux de délinquance


Inquiétantes statistiques d’évaporation de deux-roues...


A la garde boue ! Cycles infernaux de délinquance
De notre envoyou spécial aux Chantiers de l'Atlantique.
Vélo volé est un jeu de mots à l'économie que les impératifs économiques de la navale ne peuvent supporter. Jusqu'à présent, aux Chantiers de l'Atlantique, des centaines de vélos jaunes étaient à disposition des métallos pour arpenter le site. Le parc a compté 1500 biclounes maison à la grande époque, juste avant la construction du Queen Mary 2. Mais il y a eu comme une évaporation : selon des informations de l'intérieur, il en resterait à peine plus de 800. L'enquête piétine. Une milice de garde-boue est à l'étude.

Du coup, les anonymes plaques numérotant les vélos vont être très sérieusement doublées par des badges attribué à un vélo et à un utilisateur précis. Un genre de carte grise. «Espérons que la photo du pilote sera prise à jeun», précise notre correspondant sur place qui doit appartenir à une ligue de vertu ou un comité pour la tempérance. Rappelons que le problème est tout autre : cette assignation à résidence des deux-roues enfermées dans l'enceinte du chantier est une atteinte aux droits des vélos à disposer d'eux-mêmes. Exigeons leur libération!

Lu 5187 fois