La lettre à Lulu
Lulu 100

À vos rangs, fixe !

Pas un pli


Un drapeau est mort. Des lycéens lui offrent une seconde vie. Rompez.


Il y a les potaches véner et ceux qui vénèrent religieusement le drapeau tricolore, celui que les antimilitaristes nomment « la serpillière ». Si le gouvernement veut rétablir le service militaire, certains lycéens ont donc une longueur d’avance sur l’embrigadement et l’introduction anticipée de la discipline. Au lycée Audubon, à Couëron, la classe défense et sécurité globale (Ouest-France, 22/12/17) a signé une convention avec l’Association républicaine des anciens combattants. Comme pour les grandes manœuvres, ou le magnifique « César » dans le bocage en 2012, un nom mirobolant a été attribué à l’Opération : « Seconde vie pour un drapeau » : un vieux drapeau a été déstocké et confié à la garde de la classe d’apprentis bidasses, chargés de ressortir la relique le 11 novembre, un des potaches commis d’office à brandir les couleurs. Les vieux combattants s’épargnent ainsi le risque de se déchirer la braguette d’un mauvais coup de hampe de drapeau. Lors de la signature du protocole, le président de la section locale des vieux battants (restons polis), les galonnés et le proviseur ont vanté les valeurs militaires, taratata, avant une « exploitation pédagogique autour de la notion de drapeau ». Exploités de tous les plis, ne vous laissez pas plier.  

Lu 10 fois