La lettre à Lulu
Lulu 92 - mai 2016

Allons enfants de la patriiiiiie

À bonne école


Une deux, une deux.


Tu sais pas ce que tu veux faire, plus tard ? Enfant de troupe tout de suite. À Saint-Nazaire, le collège Pierre-Norange a depuis septembre une CDSG, Classe de défense et sécurité globales. Deux heures par semaine en classe de 3e, à écouter des gradés, des responsables du Souvenir français sous le drapeau tricolore brodé de la devise « À nous le souvenir, à eux l’immortalité ». Les gamins se font expliquer le « monopole d’État de la violence légitime », visitent le commissariat, speech du sous-préfet, topo d’un capitaine gendarme prônant dès le collège le double culte « courage et volonté ». Par ce « projet innovant », l’Éducation nationale espère « développer chez eux un sens moral » mais jure ne pas pousser les jeunots à s’engager sous les drapeaux. Après la défaite de Sedan en 1870, l’école s’est déjà chargée du bourrage de crâne, l’amour et la défense du pays par les armes, la haine du boche via les leçons de morale et l’étude de grandes guerres passées. Fallait bien faire de l’écolier un patriote, puis une bonne chair à canon. À partir de 1882, les gniards ont même une instruction sportive via des « bataillons scolaires » d’entraînement. On a aujourd’hui changé de guerre et d’ennemi mais le cœur y est toujours. Le jour de gloire n’est pas encore arrivé ? En attendant, contre nous de la tyrannie, l’étendard sanglant est agité.

Lu 24 fois