La lettre à Lulu
N°98-99 - décembre 2017

Audencia se gave du sol au plafond

Bosse du commerce


Et hop, le contribuable refile 28 briques aux fils à papa futurs big boss et top manadjeurs.


Audencia se gave du sol au plafond
Plaisir d’offrir. Exerçant son pouvoir régalien, Nantes métropole a fait cadeau de sa part d’un ensemble immobilier, terrain et bâtiment, d’une valeur totale de treize briques. Ni vu ni connu, ou presque. Mais attention, pas un cadeau aux pauvres. La collectivité offre le tout à la CCI pour Audencia business school, l’ex-Sup de Co qui en profite déjà pour rien depuis 1970.

Zoom arrière : un syndicat mixte regroupant chambre de commerce et collectivités publiques est créé en 1968 pour construire et gérer l’école privée. En 2004, un acte notarié consigne un « prêt d’usage » : le syndicat mixte met à disposition gratos les locaux situés face à la fac de Lettres et « octroie chaque année, une indemnité compensatoire forfaitaire, de l’ordre de 3,2 M€ en 2012 ». À partir de 2001, Nantes métro apporte 1,2 M€ par an, toujours le tiers des subsides.

Même pas de loyer

Audencia, locataire choyé, exempté de loyer depuis au moins 2004, n’a de charges que les « réparations locatives, revêtements de sol et de murs, travaux de mise en conformité d’hygiène et de sécurité », et « bénéficie donc sans fortes charges de location d’un investissement coûteux et de grande qualité »(1) même si, accessoirement, ces pros de la gestion et de la finance avaient oublié d’« inscrire la valorisation de cet avantage en comptabilité ». Infime détail, faut croire, pour ces experts des hauts de bilan.

Un site à 13 briques

Jusqu’à l’an passé, le syndicat mixte était composé de Nantes métropole, la chambre de commerce et le Département. L’enseignement supérieur ne relevant plus de sa compétence, le Département, contraint de compter ses sous face au nombre croissant de miséreux dont il finance le RSA, lâche l’affaire en 2016. En larguant une dernière obole de 45 634 €. Propriétaire du bâtiment d’Audencia et du terrain de deux hectares, ce syndicat mixte décide alors de se dissoudre et, au passage, refile gratis à la CCI le site du 8, route de la Jonelière « dont la valeur vénale a été estimée par avis de France Domaine du 24 avril 2017 à 13,1 M€ »(2). Dont acte, dirait un notaire. En janvier 2018, Audencia, désormais aux seules mains de la CCI (en espérant faire entrer au capital des investisseurs privés), bénéficiera donc de l’« apport en nature » de l’école et son terrain, le tout devenant un EESC, Établissement d’enseignement supérieur consulaire, sous statut de société anonyme, en remplacement de celui d’asso 1901. Mais attention, le cadeau du terrain, c’est uniquement pour enseigner les lois du travail aux grands patrons de demain. Pas pour faire de l’immobilier. Quoique... En « cas de cession du site pour les besoins autres que d’enseignement supérieur », le protocole d’accord de dissolution a prévu une spéculation future, moyennant une somme de 4,366 millions à Nantes métro. Un petit rab quand même, la somme serait « augmentée de la part du coût des travaux urgents et de mise en conformité supportés par Nantes métropole (1 063 400 €) »(3). Ce million zéro six n’est qu’un tiers du total des subventions aux travaux d’urgence du bâtiment, le Département versant autant avant de partir. Même apport de la CCI (dont le budget global dépend à 15 % de subventions publiques). Le contribuable est ravi d’apprendre à l’occasion qu’il vient de payer plus de deux millions de travaux pour retaper le décor quotidien des apprentis big boss et cadres sup++. Et que ça n’empêche pas de faire aussi un cadeau immobilier à 13 patates de rien du tout.

L’aumône à 23 briques

Les largesses ne s’arrêtent pas là. Le groupe Audencia a aussi bénéficié pour Sciences Com d’une obole de Nantes métropole de 3,45 M€ pour bâtir son « Mediacampus », le Département mettant 2,72 millions, la Région 1,88. L’alibi, c’est que ça héberge aussi Télénantes [lire p. 10], portée à bout de bras par Nantes métropole, et où les étudiants de Sciences Com se voient offrir un studio télé terrain de jeu. Chers happy taxpayers, vous filez donc un joli pécule à ces fils à papa : 28,24 millions d’aides publiques(4) ces deux dernières années, si on additionne, sans même compter l’exonération de loyer, le site d’Audencia et le bâtiment Médiacampus. Audencia déploie donc son sens des affaires en nous siphonnant les poches. Ou comment apprendre la gestion ultralibérale aux frais de pochards siphonnés.
Vanessa Dermouche-Hamiel

(1) Rapport de la Chambre régionale des comptes, avril 2009 (contrôle sur les années 2000-2006)
(2) Délibération, CCI, 15 septembre 2017.
(3) Conseil métropolitain, 13 octobre 2017.
(4)  Les collectivités donnent donc bien plus à l’école privée Audencia, qu’à l’université publique dans son ensemble (15,8 M€).

L'attractivité, tout à trac
Une école ? Non, un marqueur du marketing territorial.

Pourquoi tant de blé public à une école privée ? Mais pardi, « Nantes métropole s’inscrit dans ce contexte concurrentiel entre les territoires avec pour ambition de devenir un site majeur de l’ESRI [enseignement supérieur, recherche & innovation] national et européen » par ce « projet de développement de l’interpénétration entre ville et ESR au travers des besoins et des attentes liés aux modes de vie et de pratiques des usagers de l’ESR, dans une perspective de renforcement de l’attractivité métropolitaine », baratine la convention 2015-2017 qui lie la métropole et l’école privée. Autrement dit, on finance la formation de patrons pour attirer plus de patrons qui voudront que leurs fistons aient une école à leur niveau. Vous voyez l’niveau ?

Lu 1376 fois














La Lettre à Lulu : RT @Nantes_Revoltee: Gros big up à L'Autre Cantine Nantes et aux nombreux nantais et nantaises qui organisent la solidarité concrète, alors…
Mercredi 8 Août - 08:11
La Lettre à Lulu : RT @canardenchaine: DEMAIN DANS LE CANARD Réunion secrète à l'Elysée avec les LR Juppé, Estrosi, Moudenc et la socialiste Johanna Rollan…
Mardi 7 Août - 17:13
La Lettre à Lulu : RT @canardenchaine: DEMAIN DANS LE CANARD Document : les félicitations du préfet de police à Alexandre Benalla
Mardi 7 Août - 17:11
La Lettre à Lulu : RT @ValKphotos: URGENCE #NANTES: erratum expulsion en cours des exilé.e.s de l'ecole Leloup Bouhier. C'est à dire beaucoup de monde qui s'é…
Jeudi 2 Août - 19:59
La Lettre à Lulu : RT @askolovitchC: Le jour où un jeune homme éborgné, pas de chance, par un taser de la police, ou un(e) endeuillé(e) d’une bavure aura la m…
Jeudi 2 Août - 10:26