La lettre à Lulu
Lulu 48 mai 2005

Baille. La Loire sucrée salée



Baille. La Loire sucrée salée
On a souvent déploré la remontée du seuil de salinité des eaux de la Loire. Il y a plus grave : le taux de dilution de sucre qui trouble tous les relevés. Au bord de la Loire depuis 1935, la raffinerie Béghin Say (devenue Tereos en janvier 2004) sucre les civelles et les mulets depuis des années. La Drire, Direction régionale de l’industrie et de la recherche, l’a contrôlé l’an dernier, épinglant l’établissement pour ses "effluents liquides présentant une forte charge organique (jus sucrés), constitués pour l’essentiel des eaux de lavage périodique des installations" . Tout ces jus partent à la baille, sans traitement et sans ménagement, mixés aux eaux de refroidissement de l’usine. La Drire a obligé le sucrier en chef de l’usine à réduire ces rejets sauvages et à les rebalancer dans les égouts s’ils dépassent la dose prescrite de 124 mg par litre. Les rejets ont été divisés par 7,5. En manque, les civelles diabétiques pourraient porter plainte.

Lu 2007 fois